in

Le record du vol le plus long du monde pulvérisé par un oiseau

Crédits : Newcastle University

Aller-retour Angleterre/Antarctique : une sterne arctique, un petit oiseau d’à peine 100 grammes, vient de parcourir près de 96 000 kilomètres, la plus longue migration encore jamais observée.

Mouettes et goélands nichent souvent en compagnie des sternes arctiques, profitant de leur protection efficace contre les prédateurs. Une colonie est en effet toujours surveillée par une sentinelle qui, à son signal, alerte ses congénères qui s’envolent alors et attaquent vigoureusement l’intrus. La Sterne arctique, comme son nom l’indique, passe l’été dans l’hémisphère nord, près de l’Arctique. Elle vole ensuite vers le sud, traverse de vastes étendues océaniques pour aller hiverner en Afrique Australe, en Australie et en Antarctique. L’espèce effectue le voyage en quatre mois environ et l’aller et retour peut couvrir 35 000 kilomètres. Mais ça, c’est sur le papier.

Richard Bevan et Chris Redfern, de l’université de Newcastle (Royaume-Uni), ont équipé l’an dernier 29 sternes arctiques de géolocaliseurs. Un an plus tard, ils ont récupéré 16 de ces géolocaliseurs et ont présenté leurs résultats. Comme prévu, les sternes sont allées passer l’hiver de l’autre côté de la planète, en Antarctique, mais les données concernant les détails de leurs périples étaient jusqu’alors mal connues. L’une d’elles, notamment, s’est particulièrement illustrée, fracassant le précédent record de 8 000 kilomètres. Le nouveau record fait état de 96.000 km parcourus entre les îles Farne, un petit archipel tout près des côtes anglaises, et ces mêmes îles… 10 mois plus tard.

© Newcastle University
© Newcastle University

Voici le détail d’un voyage extraordinaire :

25 juillet 2015 : décollage des îles Farne (Angleterre) ;
25 août 2015 : arrivée à la pointe de l’Afrique du Sud, repos sur place ;
7 octobre 2015 : arrivée au-dessus de l’océan Indien ; séjour de près d’un mois par 35° sud et 72° est ;
31 octobre 2015 : départ pour l’Antarctique, route plein sud ;
3 novembre 2015 : arrivée sur la côte antarctique, par 61° sud et 70° est (soit une dérive de 2° – en fait 1,8 – sur sa route sud de près de 2.900 km, les pilotes d’avions apprécieront), deux petites semaines de repos ;
15 novembre 2015 : balade le long de la côte de l’Antarctique ;
3 février 2016 : arrivée sur la mer de Weddell, début des vraies vacances (huit semaines) ;
23 mars 2016 : c’est le moment de penser au retour, au revoir l’Antarctique ;
4 avril 2016 : arrivée en Afrique du Sud et route vers le nord, à vue, en suivant les côtes africaines.
4 mai 2016 : retour sur les îles Farne.

Source : Futura-sciences