in ,

Pourquoi Albert Einstein était-il si intelligent ?

Crédits : George Hodan / Public Domain Pictures

Qui n’a jamais rêvé d’avoir le cerveau d’Einstein ? Qu’avait-il en plus ou en moins que nous ? Génie des temps modernes connu de tous, Prix Nobel de physique en 1921, il souhaitait être incinéré afin que ses cendres puissent être dispersées pour ne pas devenir un objet de culte. Mais en 1955, le médecin Thomas Harvey chargé de son autopsie préleva secrètement son cerveau.

Des premières analyses étonnantes

Première conclusion surprenante que fait Harvey : le cerveau d’Einstein pèse 1230 g, contrairement aux 1300 g de moyenne chez l’Homme. Le premier constat est donc que la taille d’un cerveau n’est pas forcément significative d’une certaine intelligence.

C’est en 1985 que Harvey et quelques confrères commencent à publier leurs découvertes, après avoir suscité bon nombre de spéculations et fantasmes. Leur première conclusion est que le cerveau d’Einstein contient plus de cellules gliales que la moyenne (ce sont des cellules qui protègent et nourrissent les neurones).

En 1999, une nouvelle publication d’Harvey et de la neurologue Sandra Witelson suscite un grand intérêt. En effet, ils remarquent que par rapport aux cerveaux témoins avec lesquels ils travaillent, celui du père de la théorie de la relativité présente un sillon latéral unique. De plus, ils notent l’absence de l’opercule pariétal permettant les mouvements précis de la main.

« L’intelligence d’Einstein dans ces domaines cognitifs et son mode de pensée scientifique, tel qu’il l’a lui-même décrit, pourraient être liés à l’anatomie typique de ses lobules pariétaux inférieurs », indiquent les deux chercheurs.

albert einstein
Crédits : George Hodan/ Public Domain Pictures

Des études remettent en question les résultats précédents, mais confirment la particularité du cerveau d’Einstein

Mais l’anthropologue Dean Falk – spécialiste de l’évolution du cerveau – obtient des conclusions qui contredisent ces derniers résultats.

En revanche, elle obtient d’autres déductions intéressantes qui pourraient corréler avec l’intelligence hors normes d’Einstein. En effet, en le comparant avec 85 autres cerveaux témoins, elle observe que celui du prodige se distingue. « Einstein avait des cortex préfrontaux extraordinaires, avec des repliements complexes qui ont pu contribuer à ses capacités cognitives remarquables ». Elle ajoute aussi ceci : « En général, l’expansion des repliements dans une zone spécifique suggère qu’il peut y avoir une augmentation du taux de neurones dans cette région et, de fait, une augmentation de la complexité de leurs connexions ».

Et comme si une possible augmentation du taux de neurones ne suffisait pas à convaincre de l’incroyable intelligence du physicien, elle  argumente : « les cortex dits somatosensoriels et moteurs, proches de la région qui représente le visage et la langue, étaient très étendus. Les lobes pariétaux étaient également inhabituels et ont pu fournir le substrat neurologique pour ses dons mathématiques et de vision dans l’espace comme d’autres auteurs l’ont suggéré ».

Aujourd’hui encore, des études cherchent à percer les méandres de l’esprit d’Einstein. Les mystères de son cerveau risquent de faire encore couler beaucoup d’encre.

Source

Articles liés :

La théorie d’Einstein passe avec succès le test du trou noir

Les particules les plus insaisissables de l’Univers donnent (une fois de plus) raison à Einstein

Emprunter le corps d’Einstein peut réellement changer votre façon de penser