in ,

Des pods racers s’affrontent dans les forêts de Haute-Savoie

Crédits : Kcida10 / Wikimedia Commons

Des objets volants lumineux foncent à plus de 50km/h dans la forêt d’Annecy, en pleine journée ; nous ne sommes pas dans X-Files, mais la réalité a tout de même des airs de fiction. C’est une première qui a été réalisée mi-septembre par l’association de modélisme Argonay, avec la mise en place d’une compétition de drones taillés pour la vitesse et pilotés en FPV.

Le vol en immersion ou FPV (First Person View) consiste à un piloter un drone via un écran ou des lunettes vidéos, grâce à la caméra embarquée sur l’appareil. Le procédé est répandu dans l’industrie robotique ou les recherches scientifiques à risque, mais prend une toute autre ampleur quand le drone défile à pleine vitesse entre les arbres : l’expérience évoque tout autant le jeu vidéo que le cinéma, entre Wipeout et Star Wars. Les 24 concurrents engagés dans la course d’Argonay semblent d’ailleurs posséder une affinité avec la Force ; la faible résolution du rendu ajoutée aux variations de luminosité oblige en effet les pilotes à naviguer à l’instinct pour éviter les obstacles naturels du tracé.

Cette première compétition fut l’occasion pour Argonay de mettre à l’épreuve ses capacités d’organisation. Le président de l’association Hervé Pellarin détaille dans le Monde : « Le principe est calqué sur celui des compétitions de « boarder cross » (parcours d’obstacles en snowboards) avec des poules de quatre pilotes dont les deux premiers sont qualifiés, jusqu’à la finale. »

Hervé Pellarin souhaite en effet mettre en place de véritables compétitions dès 2015, avec ce que cela comporte d’exposition médiatique ; l’évènement « montrera un autre visage de ce que le public connaît sous le nom de drone – que nous appelons « multi », abréviation de multicopter – et posera, on l’espère, les fondations d’un nouveau sport mécanique. » Les 800.000 vues de la vidéo postée sur YouTube fin septembre et l’attention de la presse internationale témoignent en tous cas d’un réel enthousiasme.

Sources : France 3, Le Monde