in

Les premiers cas connus de TSPT pourraient avoir plus de 3 000 ans

Scène de bataille, assyrienne, vers 728 av. J.C. Crédits : British Museum.

Les troubles du stress post-traumatique (TSPT) surviennent après un événement traumatisant et se traduisent par une détresse morale et des complications physiques. Ces troubles sont depuis longtemps étudiés chez l’Homme, mais depuis quand se manifestent-ils ? Une étude récente suggère que des « fantômes » hantent les soldats depuis plus de trois mille ans.

Le récit d’Hérodote du mutisme psychogène du porteur de lance athénien Epizelus après les guerres de Marathon est généralement cité comme le premier cas documenté de troubles de stress post-traumatique (TSPT) dans la littérature historique. Dans le cadre d’une étude récente, une équipe décrit quelques récits beaucoup plus anciens relatant plusieurs symptômes relatifs à ce type de trouble en Mésopotamie (actuel Irak) pendant la dynastie assyrienne (1300-609 av. J.-C.). Les résultats de ces travaux sont rapportés dans la revue Early Science and Medicine.

Des histoires de fantômes

À l’époque, les hommes de la dynastie assyrienne passaient un an à s’endurcir en construisant des routes, des ponts et autres infrastructures avant d’être enrôlés pour être envoyés à la guerre pendant un an. S’ils revenaient en un seul morceau, ces hommes étaient alors autorisés à rester avec leurs familles pendant un an, avant de recommencer le même cycle. Cependant, comme le montrent certains textes anciens récemment analysés, certains soldats revenaient peut-être en un seul morceau, mais avec l’esprit brisé.

Selon Walid Khalid Abdul-Hamid de l’Université Queen Mary de Londres et Jamie Hacker Hughes du Veterans and Families Institute de l’Université Anglia Ruskin, les soldats assyriens auraient en effet « décrit avoir entendu et vu des fantômes leur parler, les fantômes de personnes qu’ils avaient tuées au combat« . Or, de nos jours, de nombreux soldats impliqués dans des combats rapprochés rapportent les mêmes visions.

« Les anciens soldats confrontés au risque de blessures et de mort devaient être tout aussi terrifiés par les épées, les pluies de pierres ou les flèches de feu« , peut-on lire dans l’étude. « Le risque de mort et le témoignage de la mort de camarades semblent avoir été une source majeure de traumatisme psychologique. De plus, le risque de décès par blessure, qui peut aujourd’hui être traité chirurgicalement, devait être beaucoup plus élevé à l’époque. Tous ces facteurs ont contribué aux TSPT et autres troubles psychiatriques résultant de l’expérience sur l’ancien champ de bataille« .

TSPT
Crédits : hulkiokantabak/Pixabay

Naturellement, diagnostiquer ces troubles à partir du texte seul est notoirement difficile, pour ne pas dire impossible. Néanmoins, pour les auteurs, ces récits montrent que les traumatismes et la détresse hantaient probablement déjà les soldats il y plus de trois mille ans. Ces troubles pourraient même être aussi anciens que la civilisation humaine elle-même.