in

Un paralysé retrouve l’usage de ses jambes grâce à des cellules olfactives

Crédits : Capture vidéo

Les jambes paralysées depuis 2010, Darek Fidyka ne pensait plus pouvoir remarcher un jour. C’était sans compter les découvertes d’une équipe de chercheurs qui a réussi à le remettre sur pieds.

Poignardé à plusieurs reprises dans le bas du dos pendant une rixe, la moelle épinière du jeune Bulgare était rompue à plusieurs endroits explique la BBC. Des chirurgiens polonais, en collaboration avec des scientifiques de Londres, ont implanté dans son dos des cellules olfactives. Ces cellules, les « olfactory ensheating cells », permettent aux nerfs du système olfactif d’être constamment renouvelés.

Injectées de part et d’autre de la blessure, les cellules ont créé un chemin pour permettre aux tissus séparés de se ressouder. Et de recréer la liaison perdue dans la moelle épinière. Un processus que l’on pensait jusqu’à présent impossible précise The Guardian. Il était admis que des patients dont la moelle épinière n’était que partiellement endommagée pouvaient avoir de bonnes chances de retrouver leurs capacités motrices. En revanche, il était impensable de pouvoir réparer une liaison brisée complètement.

L’opération, une première mondiale, a permis à Darek Fidyka de retrouver des sensations dans ses jambes, de se remuscler et donc de remarcher. Pour l’instant toujours aidé d’un support, les médecins ont bon espoir de le voir bientôt faire ses premiers pas en autonomie complète. Depuis peu, l’homme reconduit et a retrouvé ses capacités sexuelles.

Pour Darek Fidyka, marcher à nouveau « est une incroyable sensation ». Il ajoute: « Quand vous ne pouvez plus sentir la moitié de votre corps, vous vous sentez désarmé, mais lorsque cela commence à revenir, c’est comme si vous naissiez une seconde fois. »

Cette avancée dans le monde de la chirurgie est un formidable message d’espoir pour les milliers de personnes handicapées par des lésions de la moelle épinière.


Sources : BBC, The Guardian

– Illustration : Capture vidéo