in , ,

OneWeb : l’immense projet d’Internet pour tous se concrétise

Crédits : ONEWEB LTD

Airbus vient d’être désigné comme probable concepteur et constructeur des 900 satellites nécessaires, dont 700 devraient être lancés dès 2018. Un projet hors norme qui permettra de couvrir la planète entière d’un réseau internet à très haut débit.

Lancée l’année dernière par l’Américain Greg Wyler et soutenue par le propriétaire de Virgin, Richard Branson, la mission de OneWeb consiste à permettre un accès Internet abordable pour tout le monde, et notamment aux pays émergents dont certaines régions sont lésées d’un point de vue télécommunications.

Pour mener à bien ce projet, la start-up veut lancer 700 satellites de 150 kg en quelques mois seulement à basse altitude (1200 km au lieu de 36 000 km pour les géostationnaires). Ces 700 appareils permettraient de couvrir l’ensemble de la planète. De plus, l’orbite très basse de ces satellites donnera au signal moins de distance à parcourir et permettra ainsi d’accélérer considérablement le débit, donnant une vitesse de transfert 40 % plus rapide que la fibre optique.

La basse altitude a cependant un inconvénient : celle de la durée de vie des appareils. En effet, à 1200 km au-dessus de la surface de la Terre, la gravité exerce une force non négligeable. Les satellites devront donc consommer beaucoup plus de carburant pour conserver leur altitude, ce qui leur laisserait 5 à 7 ans d’espérance de vie au lieu de 15 pour les géostationnaires. Il faudra donc les remplacer régulièrement. C’est pour cela que OneWeb prévoit d’ores et déjà une flotte de secours et de remplacement de 200 appareils.

Une nouvelle ère industrielle

Actuellement, les satellites ne sont produits qu’à une échelle de quelques dizaines par an. Ce nouveau projet, s’il aboutit, va révolutionner totalement l’industrie dans ce domaine. Et si les dix premiers appareils de la mission OneWeb seront fabriqués à Toulouse, les autres sortiront d’une usine dédiée implantée aux États-Unis.

Une fois construits, les satellites devront être lancés. Et pour mettre en place rapidement 700 satellites, il est nécessaire d’envoyer les appareils en grappe de 30 à 50 appareils. Arianespace serait a priori en mesure d’assurer le contrat avec ses trois lanceurs et ses quatre sites de lancement, même si rien n’est encore officiellement décidé.

Enfin, côté chiffres, personne ne veut s’avancer, mais on parle d’un marché de 1,4 à 2 milliards de dollars.

Sources : OneWeb, Sciences et Avenir ; Futura-sciences

– Illustration artistique : OneWeb