in

L’ocytocine pour « traiter » l’autisme ne fonctionne pas chez les enfants

Crédits : alteredego/Pixabay

Après plusieurs années d’expérimentation, les résultats d’une vaste étude publiée dans le New England Journal of Medicine sont là : l’ocytocine, l’hormone naturelle qui favorise le lien social, n’a aucun avantage pour les enfants autistes.

L’ocytocine pour favoriser le lien social chez les autistes

Des études ont déjà mis en évidence les effets de l’ocytocine sur la confiance, le social et la réactivité aux stress. Les troubles du spectre autistique (TSA), d’autre part, sont généralement marqués par le contraire : une altération de la capacité d’interaction sociale. Aussi, au cours de ces dernières années, plusieurs études expérimentales et autres petits essais cliniques ont suggéré que le traitement par l’ocytocine intranasale pouvait réduire les troubles sociaux chez les personnes atteintes de troubles du spectre autistique. Mais est-ce réellement le cas ? Une étude récente souligne que non.

Pour ces travaux, une équipe du Centre médical de l’Université Duke a mené un essai de phase 2 de vingt-quatre semaines sur le traitement par l’ocytocine intranasale chez 290 enfants et des adolescents de trois à dix-sept ans atteints de troubles du spectre autistique. Tous les sujets ont été répartis au hasard et de manière égale dans un « groupe ocytocine » ou dans un groupe placebo (stratification en fonction de l’âge et de la fluidité verbale).

Au début, à mi-chemin et à la fin du régime, les compétences sociales des enfants ont été examinées à l’aide d’outils d’analyse standard pour les TSA. Le critère de jugement principal était le changement moyen des moindres carrés par rapport à la ligne de base sur la sous-échelle de retrait social modifiée de la liste de contrôle des comportements aberrants qui comprend treize éléments (les scores vont de 0 à 39, les scores les plus élevés indiquant moins d’interaction sociale). Les résultats secondaires comprenaient deux mesures supplémentaires de la fonction sociale et une mesure abrégée du QI.

enfant garçon autisme ocytocine
Crédits : MaxPixel / Domaine Public

Une amélioration insignifiante

Résultat : le traitement à l’ocytocine n’a semblé apporter aucun avantage. Les enfants du groupe test ont en effet montré une très légère amélioration de l’interaction sociale par rapport au groupe de contrôle. Cependant, les chercheurs jugent cette amélioration statistiquement insignifiante.

« Il y avait beaucoup d’espoir que ce médicament soit efficace« , explique Linmarie Sikich, principale auteure de l’étude. « Nous tous, membres de l’équipe d’étude, avons été extrêmement déçus« .

Les chercheurs soulignent par ailleurs que le traitement n’a également aucun effet négatif, ce qui pourrait rassurer de nombreux parents concernés. « Des milliers d’enfants atteints de troubles du spectre autistique se sont vu prescrire de l’ocytocine intranasale avant qu’elle ne soit correctement testée« , poursuit la chercheuse. « Heureusement, nos données montrent que la molécule est sûre. Malheureusement, elle ne fait simplement pas mieux qu’un placebo lorsqu’elle est utilisée quotidiennement sur plusieurs mois« .

Est-ce pour autant la fin de l’ocytocine en tant que médicament potentiel pour les personnes autistes ? Pas pour tout le monde. Dans un article complémentaire, le professeur de neurologie de l’UCLA, Daniel H. Geschwind, soutient que les différents points d’origine de l’autisme, ainsi que certaines nuances de la méthodologie de l’étude, rendent « prématuré le rejet sommaire » de l’ocytocine comme « cible potentielle de traitement dans les troubles du spectre autistique« .