in

La Nasa publie une photo impressionnante de deux galaxies qui fusionnent en un « kaléidoscope cosmique »

Crédits : NASA, ESA, CXC, NRAO/AUI/NSF, STScI, and G. Ogrean (Stanford University), Acknowledgment: NASA, ESA, and J. Lotz (STScI), and the HFF team

Il arrive que l’univers offre des spectacles peu ordinaires. Cela a notamment été le cas récemment lorsque le cosmos s’est paré de ses plus belles teintes de violet, de bleu et de rose en un « kaléidoscope cosmique » envoûtant (c’est ainsi que l’équipe de chercheurs le surnomme). Le plus étonnant reste encore que ce phénomène a été généré par la rencontre de deux galaxies et témoigne de la fusion de ces groupes de galaxies. Le produit de ce phénomène a été nommé MACS J0416.1-2403 (ou MACS J0416 en version courte, pour les intimes) et a été rendu public le 25 mars dernier par le site officiel de la NASA.

C’est à 4,3 milliards d’années-lumière que se situe MACS J0416, plus précisément dans la constellation d’Eridanus. L’image obtenue est le fruit des données recueillies par pas moins de trois télescopes différents : principalement Hubble qui montre les galaxies et les étoiles, mais également Chandra (anciennement AXAF) qui étudie les rayons X des objets célestes et qui a permis de percevoir le bleu ainsi que le Jansky Very Large Array de l’Observatoire national de radioastronomie basé aux États-Unis qui a perçu le rose diffus émis lors du phénomène. Ces données ont été combinées pour obtenir ce résultat en image et pour permettre aux astronomes d’étudier cette collision plus en détail.

Comme pour tous les groupes de galaxies ayant été observés, MACS J0416 contient une quantité suffisamment importante de matière noire pour laisser une empreinte détectable en déformant les images des galaxies se trouvant en arrière plan. Dans l’image fournie par la NASA, cette même matière noire semble s’aligner parfaitement avec le gaz chaud teinté de bleu. Cela permet de suggérer que la collision n’avait alors pas encore eu lieu. Si les galaxies s’étaient brisées l’une contre l’autre, la matière noire et les gaz auraient en effet été séparés. MACS J0416 a aussi d’autres caractéristiques notables telles qu’un noyau très compact fait de gaz chauds qui aurait vraisemblablement été désorganisé si la collision avait déjà eu lieu.

Conjointement avec cinq autres groupes de galaxies, MACS J0416 joue un rôle primordial dans le programme « Frontier Fields » de Hubble pour lequel ces données ont été rassemblées. Grâce à sa masse gigantesque, il arrive à courber la lumière des éléments qui se trouve derrière lui. Ainsi, il y a un effet proche de celui d’une loupe. Les astronomes peuvent donc utiliser ce phénomène à leur avantage pour trouver des galaxies qui ont existé seulement des centaines de millions d’années après le Big Bang.

NASA, ESA, CXC, NRAO/AUI/NSF, STScI, and G. Ogrean (Stanford University), Acknowledgment: NASA, ESA, and J. Lotz (STScI), and the HFF team

Source : NASA