in

Les mystérieux labyrinthes de Titan, la lune de Saturne

Crédits : NASA Jet Propulsion Laboratory

De mystérieux canaux couvrant la surface de Titan, la plus grande lune de Saturne, auraient pu être formés par des phénomènes météorologiques semblables à ceux opérés sur Terre selon de nouvelles recherches.

Des chercheurs du Jet Propulsion Laboratory de la NASA et de plusieurs universités en France ont présenté leurs dernières découvertes à la Lunar and Planetary Science Conference (LPSC) en mars dernier. Parmi elles, les mystérieux labyrinthes de Titan qui s’étendent sur plusieurs dizaines de kilomètres. Ils ne sont pas uniques à la lune de Saturne, des paysages similaires peuvent en effet être trouvés ici sur Terre ou encore sur Mars. Beaucoup d’endroits sur Titan « ressemblent presque exactement à certains des endroits que nous avons ici sur Terre », relève Michael Navaska, membre de l’équipe de Cassini. Sur Terre, l’un des exemples de terrains labyrinthes est celui qui abrite le radiotélescope d’Arecibo, situé à Arecibo sur la côte nord de l’île de Porto Rico. Le puits massif qui abrite l’instrument fut ici creusé par les eaux sur des millions d’années. D’autres terrains de ce type se trouvent au Canada, en Nouvelle-Guinée, à Cuba, en Chine et en Australie. « Mais ceux de Titan sont beaucoup plus gros », explique Malaska, estimant qu’ils sont facilement dix fois la taille de ceux d’Arecibo.

Selon le rapport, plusieurs processus pourraient ici être à l’œuvre en surface. D’une part un processus de dissolution. Il pleut en effet sur Titan du méthane liquide et de l’éthane. En tombant sur les sols puis en ruisselant, les hydrocarbures dissolvent la matière organique en surface, creusant peu à peu des labyrinthes qui s’étendent sur des dizaines de kilomètres. Le vent devrait également jouer un rôle d’après les chercheurs, faisant correspondre des processus similaires ici sur Terre. Un autre facteur contributif pourrait être la sublimation : certaines matières passent alors de l’état solide à l’état gazeux sans forcément passer par l’état liquide, créant ainsi des fissures ou des creux dans le paysage.

Les labyrinthes de Titan correspondent à ceux observés sur Terre. Crédits : NASA Jet Propulsion Laboratory

Selon le rapport des experts, il semblerait également que certaines des vallées de la surface de Titan soient ouvertes et connectées, tandis que d’autres sont isolées. Tout n’est cependant pas clair. Si les taux de pluie correspondent à ceux de la Terre, les chercheurs révèlent que les étranges labyrinthes de Titan pourraient se former en quelques millions d’années. Or, il semblerait d’après les observations de Cassini que les différents canaux se soient formés en plusieurs milliards d’années. « Une fois que nous en saurons plus sur les conditions atmosphériques qui règnent sur Titan, nous pourrons explorer ces mystères plus en détail », relève Michael Navaska. « Malheureusement, nous ne pouvons plus compter sur Cassini, actuellement en pleine mission suicide sur Saturne ».

Source