in ,

Des médecins découvrent une dent qui poussait dans le nez d’un saoudien

médecin médecine
Crédits : iStock

Lors d’une consultation faisant suite à des saignements de nez récurrents, un jeune homme de 22 ans s’est vu annoncer une nouvelle pour le moins inattendue. En effet, les médecins lui ont déclaré avoir trouvé une dent au sein de sa narine gauche..

De multiples raisons peuvent causer des saignements de nez intempestifs, mais celle-ci, ce jeune saoudien de 22 ans était sans doute très loin de se l’imaginer. Les médecins ont en effet découvert que ses saignements étaient dus à une dent présente à l’intérieur de sa cavité nasale gauche. Ce cas pour le moins atypique a été décrit dans un article publié le 5 juillet dernier dans la revue American Journal of Case Reports.

Les médecins du King Fahd Military Medical qui ont été chargés de le recevoir ont ainsi expliqué que le patient présentait depuis trois ans des saignements, essentiellement au niveau de sa narine gauche, survenant la plupart du temps après un frottement du nez. Bien que tout laissait présager qu’il s’agissait d’un cas des plus communs, les images issues de la radiographie ont vite fait de démontrer le contraire.

« La radio est assez impressionnante. Je n’avais jamais vu ça de toute ma carrière ! », a expliqué l’un des médecins, relayé par le site Science et Avenir. La raison de cet étonnement ? Une excroissance osseuse de 1cm de long qui, après analyse par des spécialistes, s’est finalement avéré être une dent. Fort heureusement pour le patient, après extraction de cette dernière, les saignements dont il se plaignait ont finalement cessé.

S’il existe plusieurs hypothèses qui permettraient d’expliquer ce phénomène (infections, traumatismes, cause génétique..), la plus probable serait une anomalie de la migration cellulaire au moment de l’embryogenèse. En d’autres termes, certaines des cellules normalement destinées à la mâchoire se seraient retrouvées au niveau de la cavité nasale.

Par ailleurs, si ce genre de cas, ou tout du moins leur détection, est relativement rare, les médecins à l’origine de cet article avouent ne pas connaître leur prévalence exacte. Ainsi, il est tout à fait possible qu’en l’absence de symptômes, ce type d’excroissance puisse perdurer tout au long de la vie d’un individu sans que celui-ci ne s’en rende compte.

Sources: Sciences et Avenir – 20minutes