in

Au matin du 4 juillet 1054, il y a 962 ans, une étoile apparut soudainement dans le ciel

Crédits : Nasa/ESA/STSCI.

La NASA dévoilait il y a quelques jours de nouvelles images de la nébuleuse du Crabe, et son étoile à neutrons au centre. Cette dernière, dont la masse équivaut à celle du soleil ne mesure que quelques kilomètres de long.

La nébuleuse du Crabe est un rémanent de supernova résultant de l’explosion d’une supergéante rouge en supernova historique, observée par un astronome chinois durant la période de la dynastie Song , au matin du 4 juillet 1054. La nébuleuse, véritable laboratoire pour la recherche sur les supernovae, se dévoile ici sous un autre jour grâce à Hubble (encore). Le célèbre télescope nous livre une nouvelle image du cœur du Crabe, dans la constellation du Taureau. Au centre, le vestige de l’étoile supergéante rouge qui a explosé s’éteint lentement, mais cette étoile à neutrons brille encore autant que notre Soleil.

Le champ de cette image mesure environ 3,3 années-lumière, les plus fins détails mesurent 15 milliards de kilomètres. De quoi nous faire tourner la tête. Imaginez plutôt. Le gaz ici expulsé lors de l’explosion de la supernova de 1054 s’échappe à plus de 1 500 km/s du lieu de l’explosion. En un peu moins de mille ans, ses filaments d’hydrogène, d’hélium, d’oxygène, d’azote auront déjà parcouru environ six années-lumière, soit plus de soixante mille milliards de kilomètres. La nébuleuse s’étend progressivement, s’agrandissant d’environ cinquante milliards de kilomètres par an.

Photo Nasa/ESA/STSCI.
Crédits : Nasa/ESA/STSCI.

Mais le plus impressionnant, au milieu de ce chaos, reste le pulsar, le pulsar du Crabe (ou PSR B0531+21), au centre, qui tourne sur lui-même environ trente fois par seconde. Il s’agit du pulsar le plus énergétique connu, rayonnant environ 200 000 fois plus d’énergie que le Soleil. L’ancien cœur nucléaire de la supergéante ne mesure qu’une vingtaine de kilomètres de diamètre, pour une masse environ deux fois supérieure à celle du Soleil. Imaginez une solidité dix milliards de fois supérieure à celle de l’acier et une densité de l’ordre d’un million de milliards : un dé à coudre de cette matière extraterrestre pèserait sur Terre un milliard de tonnes…

Source