in

L’une des plus célèbres fumisteries scientifiques de tous les temps

Crédits : John Cooke / Wikipédia

Un nouveau document publié dans la Royal Society of Open Science, nous explique comment un homme s’est rendu coupable de l’un des plus grands crimes scientifiques de l’Histoire jamais commis.

Tout commença en 1912, lorsque Charles Dawson, avocat et chasseur de fossiles à ses heures perdues firent la découverte de fragments d’un crâne humain, une mâchoire simiesque avec deux molaires usées, des outils de pierre, et des fragments de fossiles d’animaux dans une fosse de gravier en Grande-Bretagne. Tous les fossiles étaient alors colorés d’un rouge-brun foncé.

Dawson fit part de ses trouvailles au paléontologue Arthur Smith Woodward et tous deux annoncèrent leur découverte au monde, suscitant l’excitation de la communauté scientifique. Ce crâne, que les scientifiques avaient attribué à l’homme de Piltdown, qui foulait la terre jusqu’à il y a 500.000 ans, avait alors été salué comme étant le lien évolutionnaire manquant entre les singes et les humains.

D’autres fragments de fossiles ont ensuite été retrouvés sur le site et un an avant la mort de Dawson en 1915, il s’est avéré que les fragments d’un autre crâne avaient été retrouvés sur un second site situé à quelques kilomètres du premier. Mais quelque chose ne collait pas.

Dans les années 1950, une équipe de chercheurs réexamina les fragments d’os et, grâce à une technologie plus pointue, se rendit compte que tous les os n’étaient pas datés du même âge. Le crâne supérieur était âgé de seulement 50.000 ans et la mâchoire, que les scientifiques attribuèrent plus tard à un orang-outan, était âgée de seulement quelques décennies. Il sera plus tard prouvé que l’auteur avait délibérément souillé les fossiles avec un produit chimique pour leur donner un aspect brun rougeâtre. Ainsi, le canular de L’homme de Piltdown fut rapidement devenu l’une des plus célèbres fumisteries scientifiques de tous les temps.

L’auteure principale du papier, Isabelle de Groote, paléoanthropologue à la Liverpool John Moores University, a déclaré qu’au moins 38 autres fausses trouvailles ont été attribuées à Dawson, y compris une hache de pierre, une mine de silex frauduleuse et ce qu’il prétendait être l’une des premières statuettes de bronze datant de l’époque romaine.

Le document, publié pour le 100e anniversaire de la mort de Dawson, nous donne une leçon précieuse : « L’homme de Piltdown est un bon exemple de la nécessité pour nous de prendre un peu de recul et de regarder les éléments de preuve pour ce qu’ils sont, et non pas de faire en sorte qu’ils soient conformes à nos idées préconçues » conclut l’auteure.

Source