in

Liberia : une mystérieuse maladie a déjà fait 12 victimes

Crédits : European Commission DG ECHO / Flickr

En une dizaine de jours, une maladie inconnue a fait une douzaine de morts dans ce pays d’Afrique de l’Ouest. Bien que celle-ci provoque une sévère fièvre accompagnée de vomissements, les experts sont certains qu’il ne s’agit ni du virus Ebola ni du virus de Lassa.

Selon le ministère libérien de la Santé, de nouveaux cas ont été enregistrés dans tout le pays, y compris dans la capitale, Monrovia. L’Organisation mondiale de la Santé a également évoqué de nouveaux cas de cette maladie encore inconnue jusqu’à il y a peu.

« Il y a eu deux cas de plus qui ont été déclarés. Le bilan global est maintenant de 21 personnes tombées malades, dont douze sont décédées depuis le dimanche 23 avril », a indiqué Tarik Jasarevic, porte-parole de l’OMS.

Alors que les premiers patients ont été repérés à Greenville, ville principale de la province de Sinoe située au sud du pays, les équipes médicales affirment que la maladie en question a été testée négative aux virus de la fièvre Ebola et de la fièvre de Lassa. Afin de tenter d’identifier la maladie, des prélèvements ont été envoyés pour analyses toxicologiques aux Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) situés à Atlanta (États-Unis) et de plus amples informations devraient être disponibles dans quelques semaines.

Sur place, une enquête est actuellement en cours pour tenter de déterminer s’il y a un lien entre les personnes malades et les funérailles d’un chef religieux. En effet, certaines d’entre elles étaient présentes à ces obsèques, dont au moins une venant de ce qui pourrait être le foyer source de la maladie comme l’indique un certain Mr George :

« Un homme est venu de Sinoe pour assister à des funérailles à Monrovia et il est tombé malade. Il a montré les mêmes symptômes » que les malades relevés dans cette province « et plus tard, il est mort. »

L’épidémie avait été particulièrement relayée dans les médias la semaine dernière (voir vidéo ci-dessous), mais d’autres cas ont fait leur apparition.

Sources : Sciences et AvenirLa Dépêche