in

L’ESA choisit l’entreprise dont la mission sera de récupérer des échantillons sur Mars

Vue d'artiste du Fetch rover de la mission de retour d'échantillons martiens de la Nasa et de l'ESA. Crédits : NASA

L’Agence Spatiale Européenne (ESA) vient d’annoncer avoir choisi Airbus Defence and Space pour contribuer à la création du Fetch rover. Son objectif : récupérer les échantillons de roche mis de côté par Perseverance dans le cadre de la mission Mars 2020.

Le 20 juillet sonnera le coup d’envoi de la très attendue mission Mars 2020. L’idée : déployer un rover nommé Perseverance dans le cratère Jezero (atterrissage prévu pour le 18 février 2021), dans le but de rechercher des traces de vie passée sur la planète.

Pour ce faire, le rover se chargera de sonder plusieurs sites supposés contenir des roches principalement formées dans un milieu aqueux. Une fois celles-ci sélectionnées, de petites carottes de cinq centimètres de profondeur seront alors prélevées. La matière sera ensuite broyée puis analysée. Mais ce n’est pas tout.

Une mission de retour d’échantillons

En effet, il est également prévu de mettre quelques-uns de ces échantillons sous scellés en vue d’un futur retour sur Terre. Analysées ensuite en laboratoire avec une instrumentation de pointe, ces roches nous permettraient d’en apprendre encore davantage sur Mars. Et accessoirement, de sonder avec plus de précision d’éventuelles preuves de vie passée.

Dans le cadre de cette mission, baptisée Mars Sample Return, la NASA va collaborer avec l’Agence spatiale européenne.

Le déroulé de la mission, grossièrement, consistera à envoyer en 2026 un nouvel atterrisseur sur Mars, le Sample Retrieval Lander (SRL). Une fois posé (en août 2028), celui-ci déploiera ensuite le Sample Fetch Rover (SFR), à la charge de l’ESA, dont l’objectif sera de récolter les échantillons mis de côté par Perseverance.

Ces échantillons – jusqu’à 36 petits cylindres – seront alors déposés dans une petite fusée, le Mars Ascent Vehicle (MAV), qui décollera ensuite au printemps 2029 pour se placer en orbite autour de Mars.

Pendant ce temps sur Terre, durant l’été 2028, l’ESA se chargera d’envoyer une sonde qui viendra récupérer les échantillons directement en orbite, avant de les ramener sur Terre au printemps 2032.

mars airbus
Crédits : ESA

Airbus pour construire le rover

Nous avons appris ce mardi que l’ESA avait jeté son dévolu sur Airbus Defence and Space pour contribuer à la création du Sample Fetch Rover.

Le décollage de l’engin, comme expliqué plus haut, est prévu pour 2026. Une fois sur place, en 2028, il se déplacera pendant six mois à la surface de la planète à raison d’environ 200 mètres par jour.

Doté de seulement quatre roues et n’embarquant que le strict nécessaire (pas d’instruments, donc), ce rover devra naviguer de manière autonome et être capable de détecter les tubes d’échantillons.

Pour ce faire, il s’appuiera sur des algorithmes testés au préalable dans un environnement martien simulé. Les échantillons seront ensuite récupérés grâce à un bras robotisé, avant d’être ramenés vers le Mars Ascent Vehicle.

Source : ESA