in

Les échantillons de l’astéroïde Ryugu reviendront sur Terre le 6 décembre

Crédits : JAXA

Les échantillons de l’astéroïde Ryugu, capturés par la sonde japonaise Hayabusa2, devraient atterrir en Australie le 6 décembre prochain, heure locale, ont annoncé hier les responsables des agences spatiales des deux pays.

Se tenir sur la surface d’un astéroïde, seul le film Armageddon pouvait nous permettre de l’imaginer. Mais il y a quelques mois, la réalité a dépassé la fiction. En 2018, deux petits robots se sont en effet détachés de la sonde Hayabusa-2, de la JAXA (agence spatiale japonaise), pour venir se poser sur la surface de Ryugu. L’astéroïde, qui mesure 900 mètres de diamètre, évolue à environ 350 millions de kilomètres de la Terre.

Sur place, les deux robots ont été en mesure de prendre des photos de la surface, nous permettant d’apprécier l’environnement extraterrestre. Mais plus important, ces images ont également permis aux responsables de la mission de mieux caractériser la topographie des lieux.

Le principal objectif de cette mission était en effet de récolter des échantillons dans le but de les ramener sur Terre.

Retour prévu le 6 décembre

Pour ce faire, le vaisseau mère Hayabusa2 s’est posé sur l’astéroïde à deux reprises en 2019 (en février et en juillet). À chaque fois, la sonde a fait exploser une petite partie de la surface pour faciliter la capture de poussière. Ces échantillons ont ensuite été mis sous scellés.

En novembre dernier, la sonde japonaise a finalement entamé son voyage de retour vers la Terre. Nous savions que son atterrissage devait s’opérer en décembre 2020, mais aucune date précise n’avait jusqu’à présent été déterminée. C’est désormais chose faite.

Les échantillons de Ryugu devraient normalement atterrir au Woomera Range Complex le 6 décembre prochain. Cette installation du sud de l’Australie est dirigée par la Royal Australian Air Force.

astéroïde
L’une des photos prises à la surface de l’astéroïde Ryugu. Crédits : JAXA

Une mine d’informations disponibles

Les chercheurs sont évidemment impatients de pouvoir analyser ces matériaux extraterrestres en laboratoire, où ils pourront être étudiés en détail avec de puissants instruments. Les échantillons de Ryugu pourraient apporter un éclairage considérable sur la formation et l’évolution des astéroïdes, ainsi que sur le rôle joué par ces objets riches en carbone dans l’apparition de la vie sur Terre.

Notez qu’une seconde mission d’échantillonnage, proposée cette fois par la NASA, est également toujours en cours. La sonde OSIRIS-REx est actuellement en orbite autour de Bennu (500 mètres de diamètre), un autre astéroïde riche en carbone.

Sur place depuis décembre 2018, il est normalement prévu que le vaisseau récupère ses échantillons en octobre prochain. Si tout se passe comme prévu, ce matériel reviendra sur Terre en septembre 2023, avec un atterrissage prévu dans l’Utah (États-Unis).

Source