in

Le secret de la longévité mémorielle enfin dévoilé ?

Crédits : iStock

Certaines personnes âgées au-delà de 80 ans peuvent parfois avoir une mémoire aussi performante que des individus de 30 ans plus jeunes. Comment cela est possible? Une étude américaine répond à cette interrogation.

Cette étude a été publiée le 28 janvier 2015 dans The Journal of Neuroscience par une équipe de chercheurs du Centre de neurologie cognitive et de la maladie d’Alzheimer de la Northwestern University (Illinois, États-Unis).

En 2007, cette équipe avait créé une catégorie très particulière de personnes âgées : les « SuperAgers » ou « super-personnes-âgées » en français. Un déclin cognitif (démences séniles par exemple) s’observe dans la plupart des cas à un certain âge, mais il s’avère que des individus âgés de 90 ans ont parfois des capacités mémorielles aussi performantes que d’autres de 60 ans. L’étude américaine cherche donc à comprendre comment ces « SuperAgers » peuvent avoir une mémoire épisodique aussi préservée.

70 personnes ont été sélectionnées pour mener à bien l’étude. Parmi eux, 31 SuperAgers, 21 personnes âgées en bonne santé présentant des capacités « normales » compte tenu de leur âge ainsi que 18 personnes plus « jeunes », de 50 à 60 ans. Le cerveau des SuperAgers aurait trois caractéristiques : un cortex antérieur cingulaire (en rouge dans l’illustration ci-dessous) plus épais, un nombre significativement moindre d’enchevêtrements neurofibrillaires (premiers indicateurs de la maladie d’Alzheimer), tandis que le plus intéressant est la présence d’un stock très important de neurones VEN. D’après des analyses de cerveaux réalisées post-mortem, il est prouvé que ces neurones sont davantage présents chez les SuperAgers que chez les personnes âgées classiques, à raison de 3 à 5 fois plus.

« Nous pensons que ces neurones von Economo jouent un rôle essentiel dans la transmission rapide d’informations pertinentes relatives aux interactions sociales », indique Changiz Geula, un des auteurs de l’étude.

En effet, être bien doté de ce type de neurones pourrait incarner chez les personnes âgées une véritable protection contre les démences séniles et explique les bonnes capacités mémorielles de certains octogénaires ou nonagénaires. Les neurones VEN ont été baptisés en hommage à Constantin von Ecomo, illustre neurologue autrichien de l’entre-deux-guerres.

Sources : Sciences et AvenirThe Journal of Neuroscience

– Crédits photo : digitalbob8

Yohan Demeure

Rédigé par Yohan Demeure

Licencié en géographie, j’aime intégrer dans mes recherches une dimension humaine. Passionné par l’Asie, les voyages, le cinéma et la musique, j’espère attirer votre attention sur des sujets intéressants.