in

SpaceX enverra l’un des plus puissants télescopes au monde en orbite

Une illustration haute résolution du télescope spatial Nancy Grace Roman sur un fond étoilé. Crédits : Centre de vol spatial Goddard de la NASA

La NASA a jeté son dévolu sur SpaceX pour le lancement de son télescope Nancy Grace Roman. L’observatoire aidera les astronomes à mieux appréhender l’évolution de notre Univers et dénicher des dizaines de milliers de nouvelles planètes.

Depuis le lancement du James Webb Telescope en décembre 2021, c’est probablement l’observatoire le plus attendu. Le télescope Nancy Grace Roman disposera d’un miroir principal de 2,4 m de diamètre tapissé d’une couche d’argent de moins de quatre cents nanomètres d’épaisseur. Son large champ de vision permettra aux astronomes de mieux appréhender deux des plus grands mystères de l’astrophysique moderne : la matière noire et l’énergie sombre.

Pour rappel, la matière noire serait une forme de matière qui n’émet, n’absorbe et ne réfléchit aucune lumière capable d’expliquer les mouvements des étoiles et galaxies. La matière noire aurait pourtant une abondance au moins cinq fois plus importante que la matière baryonique, constituant environ 27 % de la densité d’énergie totale de l’Univers observable L’énergie sombre serait quant à elle une sorte de force opposée à la gravité responsable de l’accélération de l’expansion de l’univers.

Nancy Grace Roman
Voici à quoi ressemblera le télescope Nancy Grace Roman. Crédits : NASA

Un chasseur de planètes

Les astronomes s’attendent également à ce que le télescope Nancy Grace Roman déniche nouvelles planètes. Pour opérer, l’observatoire doit s’appuyer sur la méthode du transit et celle de la microlentille.

Pour rappel, la méthode du transit consiste à mesurer la courbe de lumière émise par les étoiles pour y déceler des plongements périodiques de luminosité. Ces phénomènes trahissent généralement le passage de planètes devant leur étoile de notre point de vue. Sur les plus de 5000 planètes extrasolaires confirmées à ce jour, plus de la moitié ont été découvertes grâce à cette méthode.

La microlentille gravitationnelle est quant à elle une sorte de « version réduite » de l’effet de lentille gravitationnelle. Cet effet se produit lorsqu’une étoile de premier plan s’aligne avec une étoile en arrière-plan depuis notre point de vue. La lumière de la seconde étoile sera alors étirée et amplifiée par le champ gravitationnel de la première. Selon la manière dont se comportera cette lumière, les astronomes peuvent potentiellement déterminer la présence de planètes.

Ces deux méthodes ont l’avantage de se compléter. Celle du transit fonctionne mieux avec les planètes proches de leur étoile, tandis que celle de la microlentille permet de détecter des planètes éloignées de leurs étoiles hôtes. Notez que l’observatoire pourra également analyser des étoiles situées à plus de 25 000 années-lumière. À titre de comparaison, Kepler surveillait les étoiles à une distance moyenne d’environ 2 000 années-lumière.

Enfin, le télescope sera également équipé d’un coronographe qui permettra de bloquer la lumière des étoiles. Ce faisant, les chercheurs pourront imager directement les exoplanètes les plus proches.

microlentille Nancy-Grace-Roman
Principe de détection d’une planète par la méthode de la microlentille gravitationnelle. Crédits : Wikipédia

Lancement en 2026

Notez que le télescope était auparavant connu sous le nom de Wide Field InfraRed Survey Telescope (WFIRST). Il a été renommé il y a plusieurs années en l’honneur du Dr Nancy Grace Roman, considérée comme la mère de Hubble.

Concernant le lancement du télescope, la NASA vient d’attribuer le contrat à SpaceX. L’agence déboursera ici environ 255 millions de dollars. Le lancement se fera avec une fusée Falcon Heavy en octobre 2026 depuis la Floride. Une fois dans l’espace, l’observatoire se placera autour du point de Lagrange 2, tout comme le James Webb Telescope. Sa mission primaire doit durer environ cinq ans.