in

La « lactation érotique », un sujet tabou et marginal

Credit: Commons Wikimedia

Oui, nous parlons bien ici d’hommes aimant téter les seins des femmes et boire leur lait. Cette pratique sexuelle est taboue et il n’est pas évident de trouver des informations à son sujet. En France comme partout, il semble y avoir des adeptes, mais qu’est-ce qui les motive ?

Les plutôt rares informations et images facilement disponibles sont souvent issues de sites pornographiques, dont AdultBreastfeeding.org, spécialisé comme son nom anglais l’indique dans la ‘lactation érotique’. En dehors de certaines plateformes réservées, la lactation érotique est un sujet plutôt tabou, bien qu’il existe une page Wikipédia dédiée. Sur celle-ci, voici ce qu’il est possible de lire :

« La lactation érotique réfère à une attirance ou une excitation sexuelle d’un individu lorsqu’il est allaité. Le ‘fétichisme du lait’ et la ‘lactophilie’ sont des termes médicaux et diagnostiquent les paraphilies étant désignées comme critères précis des ouvrages CIM-10 et DSM-IV2. »

Cette définition mérite forcément quelques explications. Tout d’abord, une paraphilie est une attirance ou pratique sexuelle qui diffère des actes traditionnellement considérés comme entrant dans la « norme ». Les termes médicaux évoqués dans la définition apparaissent dans la Classification internationale des maladies (CIM-10) et dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV2).

Bien que les seins, et plus précisément les tétons, soient une zone érogène chez les femmes et les hommes, ceci n’explique pas vraiment l’attirance d’un homme pour la lactation qui est habituellement reversée aux nouveau-nés. Selon une enquête réalisée par Vice News, cette pratique serait née au Japon comme pas mal de pratiques jugées « bordeline ».

Si les informations dites officielles sont rarissimes, les topics sur certains forums s’en donnent à cœur joie, comme celui-ci où une femme déclare : « nous pratiquons la tétée, ou devrais-je dire il me tète souvent, s’abandonne à mon sein, même sans lait. Je le vois perdre le contrôle. »

Il existe un blog dédié à la pratique baptisé Les Dessous de Kmille dont la propriétaire a laissé s’exprimer un adepte, afin qu’il fasse part de son penchant. Voici ce que l’intéressé déclare, entre autres : « pour la majorité des personnes (c’est peut-être aussi votre cas), les femmes ne peuvent avoir du lait dans leurs seins uniquement après l’accouchement. Ce que je vais vous dire pourra vous paraître surprenant, mais vous pouvez avoir du lait sans être enceinte !! »

L’homme parle alors de lactation induite qui est un terme tout à fait médical destiné à maximiser la production de lait maternel, il existe même des protocoles pour cela. Mais qu’est-ce qui motive ces hommes ?

Certains sont tout d’abord attirés par les gros seins, puis deviennent accros à la lactation qui décuplerait leur excitation sexuelle, tout simplement. Incroyable, mais vrai surtout que certains sont carrément allergiques aux petits seins, synonymes pour eux d’absence de lait.

Comme toute pratique considérée comme « déviante », la lactation sexuelle est marginale, et certaines « laitières » en font leur commerce sur certains sites de rencontre afin d’arrondir leurs fins de mois en assouvissant le fantasme de certains hommes. Quoi qu’il en soit, on peut dire que c’est spécial, mais que ça existe et qu’il faut de tout pour faire un monde !