in

La paresse a-t-elle conduit Homo erectus à l’extinction ?

Crédits : Wikimedia Commons / Henry Gilbert / Kathy Schick

De nouvelles recherches archéologiques menées par l’Université nationale australienne (ANU) suggèrent qu’Homo erectus, une ancienne espèce d’Homme primitif, s’est éteint en partie parce qu’il était « paresseux ».

De récentes fouilles archéologiques menées dans la péninsule arabique révèlent qu’Homo erectus utilisait des « stratégies de moindre effort » pour la fabrication d’outils et la collecte de ressources. Selon le chercheur Ceri Shipton, de l’Université nationale australienne et principal auteur de l’étude, cette « paresse » associée à une incapacité à s’adapter à un climat en évolution a probablement joué un rôle dans la disparition de l’espèce.

« Ils ne semblaient pas vraiment se surpasser, explique-t-il. Je n’ai pas l’impression qu’ils étaient des explorateurs, qu’ils examinaient l’horizon. Ils n’avaient pas le même sentiment d’émerveillement que nous (Homo Sapiens) ».

Pour fabriquer leurs outils en pierre, « ils utilisaient par exemple toutes les roches qu’ils pouvaient trouver autour de leur camp, qui étaient de qualité relativement faible comparée à celles utilisées par les fabricants d’outils en pierre leur succédant, poursuit le chercheur. Sur le site, nous avons vu un grand éperon rocheux de pierre de qualité à une courte distance de là, sur une petite colline. Mais plutôt que de monter sur la colline, ils n’utilisaient que les morceaux tombés à proximité. Quand nous avons regardé l’affleurement rocheux, il n’y avait aucun signe d’activité. Ils savaient que c’était là, mais parce qu’ils avaient suffisamment de ressources à proximité, ils semblent avoir pensé : ” Pourquoi s’en préoccuper ?” »

Cette “paresse” – on se contente de ce qu’on a et on ne va pas chercher plus loin – contraste avec les fabricants d’outils en pierre des périodes ultérieures, notamment les premiers Homo sapiens et les Néandertaliens, qui escaladaient des montagnes pour trouver des pierres de bonne qualité avant de les transporter sur de longues distances. Pour le docteur Shipton, l’incapacité à progresser sur le plan technologique, à mesure que leur environnement s’asséchait dans le désert, a contribué à la disparition de la population.

« Non seulement ils étaient paresseux, mais ils étaient aussi très conservateurs, poursuit-il. Les échantillons de sédiments ont montré que l’environnement autour d’eux changeait, mais qu’ils faisaient malgré ces changements exactement la même chose avec leurs outils. Il n’y a pas eu de progression, et je pense qu’en fin de compte, l’environnement est devenu trop sec pour eux ».

Rappelons qu’Homo erectus a vécu en Asie il y a entre environ 1 million d’années et 140 000 ans. Vous retrouverez tous les détails de cette étude dans la revue Plos One.

Source

Articles liés : 

Ces outils vieux de 90 000 ans n’ont pas été fabriqués par des Homo sapiens

Homo Sapiens : des fossiles retrouvés repousseraient de 100 000 ans l’âge de notre espèce

Découverte d’une ancienne espèce inconnue du genre humain, l’Homo Naledi