in

Notre jumeau galactique repéré à 180 millions d’années-lumière

Une illustration du satellite Gaia, de l'ESA, chargé de cartographier les étoiles de la Voie lactée. Crédit: ESA / ATG medialab; Contexte: ESO / S. Brunier.

Une galaxie spirale géante située à 180 millions d’années-lumière de la Terre ressemble non seulement à notre propre galaxie, la Voie lactée, mais embarque avec elle deux petites galaxies satellites qui ressemblent étrangement à celles évoluant avec la nôtre : les deux nuages de Magellan.

On dénombre aujourd’hui une cinquantaine de galaxies évoluant autour de la Voie lactée. La plupart sont à court de gaz, passées un peu trop à proximité de notre galaxie qui, quand elle en a l’occasion, n’hésite pas à chiper un peu de matière par-ci, par-là. Mais deux des satellites les plus proches — les grands et petits nuages ​​de Magellan — ont emménagé dans notre voisinage depuis moins longtemps et possèdent encore assez de gaz pour donner naissance à de nouvelles étoiles. Vous retrouverez ces deux galaxies respectivement à 160 000 et 200 000 années-lumière de la Terre. Les deux objets sont quant à eux distants d’environ 75 000 années-lumière.

Cet arrangement cosmique est plutôt rare. La plupart des galaxies géantes n’ont en effet généralement plus de voisins assez « chargés » pour fabriquer de nouvelles étoiles à proximité, et encore moins deux. Sanjaya Paudel et Chandreyee Sengupta, de l’Université Yonsei à Séoul, en Corée du Sud, ont pourtant, en étudiant un catalogue de près de 20 000 petites galaxies, retrouvé une telle structure. Vous la retrouverez dans la constellation de l’Hydre. Nommée NGC 2718, cette galaxie barrée ressemble étrangement à notre Voie lactée, accompagnée de ses deux acolytes, baptisés UGC 4703. Un pont de jeunes étoiles relie les deux plus petites galaxies, indiquant qu’elles interagissent les unes avec les autres, tout comme les Nuages ​​de Magellan. C’est un peu comme si notre galaxie et ses deux voisines se regardaient dans le miroir, sauf que ce reflet se trouve à environ 180 millions d’années-lumière.

Comment des galaxies stellaires peuvent-elles prospérer à côté d’une galaxie géante ? Les Nuages ​​de Magellan ne sont probablement tombés sur nous que récemment. Ainsi la Voie lactée n’a pas eu le temps de voler une grande partie de leur gaz. La même explication peut être valable pour ce nouveau trio galactique. Vous retrouverez tous les détails de cette étude sur le site arxiv.org.

Source