in

Un jeune magnétar découvert, le plus lent jamais détecté

Crédits : NASA/CXC/University of Amsterdam/N.Rea et al; Optical: DSS

Une équipe de chercheurs annonce la découverte du pulsar le plus lent jamais observé. Du haut de ses 2000 ans, ce jeune magnétar tourne sur lui-même en 24 000 secondes, soit 6,67h . C’est 1000 fois plus faible que ce qui est généralement observé pour ce type d’objet.

RCW 103, un résidu de supernova situé à 9000 années-lumière, abrite en son coeur un pulsar, un petit objet de moins de 20 kilomètres de diamètre, dont la masse volumique est de l’ordre d’un milliard de tonnes. Le 22 juin 2016 dernier, une équipe de chercheurs de l’Université d’Amsterdam remarquait de fortes variations très rapides de rayonnement X, à l’échelle de la milliseconde, très similaires à ce que produisent généralement les magnétars, ces pulsars qui possèdent un champ magnétique des milliers de milliards de fois plus intense que le champ magnétique du soleil.

Accompagnés par des chercheurs de l’Institut national d’Astrophysique de Palerme, les astrophysiciens ont alors suivi l’évolution en rayons X du pulsar atypique avec le télescope Swift, ainsi qu’en visible et en proche infra-rouge avec le télescope de 2,2 m de l’ESO à La Silla, au Chili. Leurs conclusions sont sans appel : il s’agit bien d’un magnétar, mais d’un magnétar pas comme les autres.

 

Notre objet stellaire tourne très lentement sur lui-même, en 24 000 secondes, soit 6,67h exactement. Une rotation jugée 1000 fois plus faible que ce qui est généralement observé pour ce type d’objet. Et c’est bien ce qui intrigue les scientifiques.

Car oui, en se formant, le magnétar récupère l’essentiel du moment cinétique de l’étoile d’origine, pour une taille extrêmement réduite. Ils perdent ensuite de l’énergie au cours de leur « vie » et ralentissent inéluctablement. Mais celui-ci est une jeune pousse, âgé d’environ 2000 ans, ce qui est très jeune pour ce type d’objet stellaire. On ignore encore pourquoi 1E 1613 (comme on le prénomme) patine si lentement, mais les chercheurs ont quelques idées.

Le scénario privilégié suggère que les débris de l’étoile explosée seraient retombés vers le pulsar, et l’interaction de cette matière dans le gigantesque champ magnétique aurait provoqué un fort ralentissement du magnétar, constant depuis sa naissance. Mais pour valider cette idée, il faudra dénicher d’autres magnétars aussi lents.

Source : Chandra X-ray Centre – Ca-se-passe-la-haut