in

Ivres, les oiseaux bafouillent

Crédits : OpenClipart-Vectors / Pixabay

Les humains ont parfois du mal à articuler sous l’influence de l’alcool, mais nous ne sommes les seuls animaux qui aient du mal à s’exprimer avec un petit coup dans le nez.

Des chercheurs de L’Université de Santé et de Médecine de l’Oregon ont tenté des Diamants Mandarin, un passereau australien avec des jus alcoolisés. Leur objectif n’était pas de célébrer le Nouvel An, mais de mieux comprendre comment le langage humain se développe. Les oiseaux ont en effet un apprentissage du chant similaire à la façon dont nous acquérons le langage parlé, et leurs vocalisations sont contrôlées par les mêmes gènes que les nôtres. Ils sont donc un modèle animal très utile pour étudier les mécanismes cérébraux qui contrôlent le langage chez l’humain, grâce à leur vie courte et la facilité avec laquelle ils peuvent être gardés en captivité.

Faire boire les animaux n’a pas été un problème, et les petits oiseaux tiennent plutôt bien. Ils sont capables de tolérer des concentrations sanguines d’alcool comparables à celles d’un homo sapiens pendant une soirée arrosée, ce qui est élevé pour le monde animal. Les chiens par exemple peuvent mourir en absorbant une dose qui ne nous rend même pas joyeux, si on tient compte du poids de l’animal.

Le résultat de l’alcoolisation sur les vocalisations des passereaux est assez impressionnant : ils perdent la capacité d’articuler certaines syllabes, et ont surtout des « phrases » beaucoup plus désordonnées, à l’image de votre ami qui raconte n’importe quoi après quelques bières. Contrairement aux humains les oiseaux sont toutefois devenus plus silencieux, chantant à des volumes moins élevés.

Les scientifiques espèrent continuer à saouler des oiseaux, et cherchent maintenant à savoir pourquoi les animaux ivres ont davantage de problèmes à prononcer certaines syllabes que d’autres, et aussi si l’alcool rend l’apprentissage de nouveaux « mots » plus difficile. Les Diamants Mandarin de l’Université de l’Oregon ont donc de beaux jours festifs devant eux.

Source : publication dans Plos One

Avatar

Rédigé par