in

L’intelligence collective aurait fait rétrécir cerveau humain au fil du temps

Crédits : andackazar / iStock

Depuis plusieurs milliers, voire dizaines de milliers d’années, la taille du cerveau humain a rétréci. La science a depuis longtemps établi un lien entre ce phénomène et la réduction de la taille du corps. Toutefois, une étude américaine récente laisse penser que l’intelligence collective aurait joué un rôle très important.

Une réduction importante de la talle du cerveau

Pendant une grande partie de l’histoire de l’évolution, le cerveau humain n’a pas cessé de grandir. Cro-Magnon et Homo sapiens, nos ancêtres les plus proches, avaient ainsi le plus gros cerveau de toute l’histoire de l’humanité. Toutefois, le cerveau aurait entamé une réduction de sa taille il y a 3 000 ans durant l’Holocène, selon une étude publiée dans la revue Frontiers in Ecology and Evolution le 22 octobre 2021 par les universités de Boston et de Dartmouth (États-Unis). Selon d’autres travaux, le rétrécissement du cerveau humain aurait débuté au cours des 20 000 dernières années.

Dans tous les cas, il est question d’une perte de 10 % de la taille, soit de 1 500 centimètres cubes à 1 350. Or, cette réduction est tout de même équivalente à la taille d’une balle de tennis. L’hypothèse la plus probable pour expliquer ce phénomène était jusqu’à aujourd’hui la réduction de la taille corps, engendrant par la même occasion une diminution de la taille du cerveau. Et pourtant, il se pourrait que la raison de ce phénomène soit tout autre.

evolution
Crédits : Pict Rider / iStock

Un scénario alternatif

Selon les scientifiques américains, la réduction de la taille du cerveau serait le résultat de l’arrivée des premiers systèmes sociaux. Ces derniers favorisaient les échanges d’informations et de connaissances avant une prise de décision à l’échelle du groupe. Diviser les tâches, partager les savoirs et déléguer les décisions aurait alors fait baisser la demande des cerveaux en énergie. En ayant besoin de stocker moins d’informations (ce qui permet au passage de mieux les trier et organiser), le cerveau aurait donc rétréci au fil des générations.

Afin de mettre au point cette nouvelle hypothèse, les chercheurs disent avoir observé les fourmis et leur organisation sociétale. Selon eux, les humains vivent dans des groupes sociaux dans lesquels plusieurs cerveaux contribuent à l’émergence de l’intelligence collective. Or, les fourmis fonctionnent sensiblement de la même manière sur les aspects sociétaux. Des similitudes sont également présentes concernant la répartition des tâches, la taille des groupes et la cognition collective. Les scientifiques ont expliqué avoir analysé la taille du cerveau des fourmis ainsi que leur consommation en énergie. Selon leurs résultats, l’intelligence collective et la division du travail jouent donc un rôle important dans les variations de la taille du cerveau.