in ,

Guerre contre les termites : Quand les fourmis viennent en aide à leurs blessées

Crédits : Capture vidéo

Les fourmis Matabele mènent une guerre fratricide contre les termites. Il s’avère que ces dernières portent secours à leurs congénères blessés, un moyen de préserver la survie de la colonie !

Les fourmis Matebele (ou Megaponera analis) tiennent leur nom de la tribu du même nom que l’on appelle également « Ndébélés », vivant au Zimbabwe et en Afrique du Sud dans la région de Prétoria. Il s’agit de grosses fourmis dont la taille atteint deux centimètres. Comme le montre la vidéo en fin d’article, les combats fréquents qui les opposent à leurs ennemis les termites sont terribles.

Le film d’animation Fourmiz (1998) mettait d’ailleurs en scène cette rivalité et montrait également le héros fourmi tenter de venir en aide à un de ses camarades blessés. Cette idée a été reprise par une équipe de chercheurs de l’Université de Würzburg (Allemagne) et étudiée avec sérieux comme l’atteste une publication dans la revue Science Advances du 12 avril 2017.

Les fourmis Matabele ont été observées par les chercheurs dans leurs combats contre les termites qu’elles harcèlent entre deux et quatre fois par jour directement dans leur habitat. Lorsqu’une fourmi détecte la présence d’un site de forage termite, celle-ci donne l’alerte et ce sont entre 200 et 500 fourmis qui se pressent pour attaquer, formant une colonne pouvant atteindre cinquante mètres de longueur !

Les fourmis plus petites tuent les termites pendant que les plus grosses évacuent les cadavres, désormais relégués au simple rend de nourriture. Cependant, les termites ont tout de même un moyen de défense : une classe de soldats armés de puissantes mandibules. Certaines fourmis peuvent alors être gravement blessées.

Ces fourmis en peine émettent un signal chimique contenant deux composés : le disulfure de diméthyle et le trisulfure de diméthyle. D’autres fourmis détectent alors le signal et viennent littéralement secourir leurs congénères en les rapatriant à la fourmilière dans le but de leur permettre de reprendre des forces et de recevoir certains soins tels que le retrait de termites parfois encore accrochés à leur corps.

Les scientifiques sont formels : si « les fourmis blessées qui sont obligées de retourner à la colonie sans aide meurent dans 32 % des cas », il s’avère que « le sauvetage permet de maintenir une taille de colonie de 28,7 % plus grande. »

Il s’agit d’une grande première en ce qui concerne l’observation et l’étude d’un tel comportement chez des invertébrés surtout que chez les fourmis, l’intérêt de la société prime sur l’individu. Cependant, les fourmis ne sont sans doute pas douées d’empathie et il s’agit bien là d’un mécanisme de préservation de ladite société, énième preuve de l’intelligence et de l’ingéniosité des fourmis.

Sources : Sciences et AvenirLe Nouvelliste