in

Faut-il suspendre temporairement la pêche pour sauver les dauphins ?

Crédits : joakant / Pixabay

En ce vendredi 26 mars 2021, le Conseil d’État devra trancher une question épineuse. Les marins pêcheurs devront-ils respecter des suspensions temporaires de leurs pêches afin de protéger les dauphins ? L’institution doit donner sa décision concernant le “référé liberté” que la célèbre association Sea Shepherd a déposé.

Une fermeture de la pêche quatre mois dans l’année

Pour Sea Shepherd, protéger le dauphin commun est une priorité. L’organisation a donc déposé un “référé liberté” au Conseil d’État. Comme l’explique France Bleu, l’audience a eu lieu le 23 mars 2021. L’ONG demande à ce que soit reconnu le droit à un environnement écologique sain comme étant un droit fondamental. Sea Shepherd désire également que soient appliquées les préconisations du Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM).

L’un des scénarios évoqués implique une fermeture de la pêche durant les mois de janvier, février, mars et juillet. Il est également question d’installer des caméras sur les bateaux de pêche et l’accueil d’observateurs sur ces mêmes navires.

bateau de pêche
Crédits : Jean-Jacques Abalain / Flickr

Les deux parties sont en désaccord

France Bleu a interrogé Franck, patron de pêche basé à Arcachon (Gironde) dont les navires pêchent en Bretagne. Ce dernier s’indigne de la possibilité que la pêche soit suspendue sur plusieurs mois à l’année. En revanche, il accepte volontiers la présence de caméras et d’observateurs extérieurs. Franck estime que les pêcheurs ne sont pas contre les dauphins et indique ne pas être satisfait lorsque des captures accidentelles se produisent. L’homme rappelle au passage que les effectifs sont de plus en plus nombreux. Les pêcheurs auraient en outre contribué à reconstituer les bars et autres espèces de poissons prisées par les dauphins.

Toutefois, une autre son de cloche émane de Marion Crécent, avocate de Sea Shepherd. Selon elle, il n’y a pas plus de dauphins puisque les experts du CIEM évoquent une migration. Or, la raison de cette migration reste encore non déterminée. Il est possible qu’il s’agisse du dérèglement climatique, mais à l’heure actuelle, rien ne permet d’en être certain. Rappelons qu’en décembre 2020, nous évoquions également une affection cutanée mortelle touchant plusieurs populations de dauphins à travers le monde. Une étude estimait que cette maladie est potentiellement liée de manière indirecte au changement climatique, ce dernier favorisant les rentrées d’eau douce dans les environnements marins côtiers.

Sea Shepherd et les pêcheurs ne sont donc pas d’accord et le Conseil d’État doit définitivement trancher dans cette affaire ce vendredi 26 mars 2021.