in

Une exposition des enfants au plomb altèrerait leur Q.I

Crédits iStock

La présence de plomb dans le sang est une véritable question de santé publique prise très au sérieux. Une étude effectuée sur des enfants il y a plus de 40 ans a récemment fait l’objet d’une publication scientifique. Selon ces recherches, ces enfants aujourd’hui adultes auraient dû avoir un Q.I plus élevé.

« Le plomb est un métal toxique naturellement présent dans l’écorce terrestre. Dans de nombreuses parties du monde, la généralisation de son usage a entraîné une importante contamination de l’environnement, une exposition humaine et de graves problèmes de santé publique », selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Entre 1972 et 1973, des chercheurs de l’Université Duke en Caroline du Nord (États-Unis) ont mené une étude à laquelle 565 enfants néo-Zélandais âgés de 11 ans ont participé. À cette époque, la Nouvelle-Zélande était l’un des pays où la teneur en plomb dans le carburant automobile était la plus élevée. Les chercheurs avaient alors effectué des prises de sang.

Selon une publication dans le Journal of the American Medical Association le 28 mars 2017, l’étude stipulait que les enfants ayant plus de 10 microgrammes de plomb par décilitre de sang (taux considéré comme préoccupant) avaient en moyenne un Q.I inférieur de 4,25 points à l’âge de 38 ans par rapport à celui des participants moins exposés au métal durant leur enfance.

Lorsqu’on compare le Q.I des enfants très exposés au plomb à hauteur de 10,99 microgrammes par litre de sang et leur Q.I une fois adultes, on remarque qu’ils ont enregistré une baisse. Les résultats de l’étude ont démontré que pour une augmentation de 5 microgrammes de plomb par décilitre de sang, un individu perd approximativement 1,5 point de Q.I.

Nous savions déjà que le plomb était à l’origine de nombreuses pathologies regroupées sous le terme saturnisme, dont le retard mental était une des conséquences souvent évoquées. Désormais, nous avons la preuve irréfutable que le plomb a une incidence sur le Q.I.

Sources : OMSLa LibreEurope 1