in

Y avait-il vraiment trois espèces de T-Rex ? Une étude réfute cette idée

t-rex
Crédits : Apple TV

Une étude récente suggérait que le T-Rex, sans conteste l’un des plus grands prédateurs ayant jamais évolué sur Terre, était représenté par trois espèces distinctes appartenant au même genre. De nouveaux travaux réfutent cette hypothèse, soulignant le manque de preuves permettant de la soutenir.

Il y a quelques mois, une étude a fait beaucoup parler dans le monde de la paléontologie. Une équipe dirigée par Gregory Paul avait en effet avancé qu’il pourrait y avoir non pas une, mais au moins trois espèces de T-Rex étroitement apparentées.

Ces travaux, publiés dans la revue Evolutionary Biology, s’appuyaient sur plusieurs variations récurrentes isolées dans les fémurs et incisives d’une poignée de spécimens. Les chercheurs avaient alors officieusement nommé ces trois espèces Tyrannosaurus imperator, Tyrannosaurus regina et Tyrannosaurus rex.

Cependant, cette étude avait été critiquée avant même sa publication. Certains avaient en effet déclaré que les différences morphologiques soulignées par Gregory Paul et son équipe n’étaient pas assez claires pour justifier une séparation biologique significative d’espèces distinctes. En conséquence, Philip Currie, un paléontologue bien connu de l’Université de l’Alberta au Canada, avait même retiré son nom de l’étude avant sa sortie, ainsi que le rapportait le New York Times à l’époque.

Un seul grand prédateur en Amérique du Nord à la fin du Crétacé

Dans le cadre d’une nouvelle étude, un groupe d’experts en théropodes (qui comprenaient le T-Rex et ses proches parents) est revenu sur les données initiales. Les chercheurs ont également intégré des points de données de 112 espèces d’oiseaux, qui sont des dinosaures vivants, et de quatre théropodes non aviens, dont Tarbosaurus bataar et Albertosaurus sarcophagus. Leur analyse a révélé que la proposition de trois espèces était basée sur un échantillon comparatif limité, des mesures non comparables et des techniques statistiques inappropriées.

« Il est vrai que les fossiles que nous avons sont quelque peu variables en taille et en forme. Cependant, ces variations sont mineures et ne peuvent pas être utilisées pour séparer proprement les fossiles en grappes facilement définies« , a déclaré Steve Brusatte, de l’Université d’Édimbourg. « Sur la base de toutes les preuves fossiles nous avons actuellement, le T-Rex est le seul prédateur géant de la fin de l’ère des dinosaures en Amérique du Nord.« 

t-rex
Illustration d’un T-Rex. Crédits : D. Finnin/ AMNH

Les frontières entre espèces, même vivantes, sont notoirement difficiles à définir. Par exemple, les zoologistes ne sont toujours pas d’accord sur le nombre d’espèces de girafes.

Cela devient encore plus difficile lorsque les espèces concernées sont anciennes et ne sont connues que par un petit nombre de spécimens. D’autres sources de variation (changements avec la croissance, avec le sexe ou simplement des différences inhérentes à chaque spécimen) doivent en effet être rejetées avant d’accepter l’hypothèse que plusieurs ensembles de spécimens pourraient en réalité représenter plusieurs espèces distinctes.

C’est d’ailleurs parce qu’il peut être difficile de cerner les variations définissant les espèces éteintes que les auteurs ont ici inclus les données d’espèces vivantes pour compléter leur tableau.