in

Pourquoi le silphium, un aphrodisiaque utilisé par les Romains, a-t-il subitement disparu ?

casque romain
Crédits : FXQuadro/iStock

Autrefois utilisé comme aphrodisiaque, le silphium était une plante fortement appréciée des Romains pendant l’antiquité. Toutefois, il n’est désormais plus possible de tester cette herbe du bonheur . En effet, il semble bien que sa consommation excessive durant les temps anciens ait provoqué sa fin. Ce serait le premier cas avéré d’une extinction d’espèce engendrée par l’Homme.

Paul Pollaro et Paul Robertson, chercheurs à l’Université du New Hampshire, se sont penchés sur le mystère de la disparition du silphium qui a secoué la Rome antique dans une étude parue dans le magazine Frontiers. L’herbe en question aurait succombé au changement climatique local, un effet directement corrélé à sa surexploitation.

La folie du silphium

Les Romains employaient le silphium pour concocter des breuvages thérapeutiques, des parfums, des épices et des « philtres d’amour ». Le célèbre empereur Jules César en avait même stocké plusieurs centaines de kilos, bien en sécurité auprès de ses autres richesses. C’est dire si cette plante était prisée de tous il y a 2000 ans. Puis, en l’espace d’un siècle, l’herbe a disparu des mœurs romaines.

romains silphium
Emballage du silphium au VIe siècle av. J.-C. sous la direction du roi Arcesilas. Crédits : Lookandlearn

« Vous verrez souvent le récit selon lequel il [est devenu éteint] à cause d’un mélange de surexploitation et de surpâturage. Les moutons en étaient très friands et cela rendait la viande plus précieuse. Notre argument est que, quelle que soit la quantité récoltée, le silphium allait de toute façon disparaître si le climat changeait», a communiqué Paul Pollaro.

Un aphrodisiaque cultivé en Cyrénaïque

Supposé appartenir à l’ordre des Ferula qui comprend également le fenouil, le silphium ne poussait qu’en Cyrénaïque, un territoire qui se situe aujourd’hui en Libye. L’air y demeurait sec, la terre fertile et la région boisée, autant de facteurs favorisant la prolifération de l’espèce.

Cyrénaïque
La région cyrénaïque, en couleur bordeaux à l’intérieur des terres. Crédits : ThomasPusch/Wikimedia

Conscients de sa surconsommation, les dirigeants de Cyrène avaient établi des restrictions concernant le volume de silphium qui devait être collecté. « Il y a des preuves qu’ils savaient qu’elle était en déclin et ils ont essayé de préserver la plante. Néanmoins, toutes ces tactiques étaient finalement hors de propos, car elles avaient changé le microclimat », ont déclaré les chercheurs.

Victime de son succès

Au Ier siècle av. J.-C., les Romains se sont installés sur cette partie du globe afin de cultiver leur aphrodisiaque. Par conséquent, le déboisement pour permettre la construction des habitations ainsi que les parcelles toujours plus imposantes des cultures céréalières devant s’adapter à l’accroissement urbain cyrénaïque ont modifié les conditions météorologiques locales.

Par conséquent, les pluies se sont intensifiées, érodant les terres cultivables. En moins de deux vies d’homme, le silphium connut son extinction, victime de son succès. Non conscients jadis des interactions environnementales sur la météorologie, les Romains n’ont jamais pu comprendre l’extinction si rapide de cette espèce végétale.

« D’une certaine manière, la valeur du silphium a été la cause de son propre déclin. Sans le silphium, l’économie de Cyrène n’aurait pas autant augmenté », ont commenté les scientifiques.

Le monde moderne doit maintenant s’inspirer de cet événement passé, car les changements climatiques actuels ont déjà provoqué l’anéantissement de centaines d’espèces végétales.