in

Des contaminants microbiens retrouvés dans les cigarettes électroniques

Crédits : Flickr/Vaping360

Plusieurs cigarettes électroniques populaires vendues aux États-Unis ont été testées positives à certaines toxines bactériennes et fongiques, révèle une étude.

On a tendance à penser que les cigarettes électroniques sont plus saines que les cigarettes normales. Mais le sont-elles réellement ? Une étude publiée en février dernier laisser déjà planer un premier doute. Un lien avait été établi entre l’usage de la cigarette électronique et un risque accru de problèmes de cœur. Les e-fumeurs présentaient en effet un risque d’accident vasculaire cérébral supérieur de 70 %, un risque de crise cardiaque supérieur de 60 %, et un risque de maladie coronarienne supérieur de 40 %. Mais ce n’est pas tout. Une étude à paraître dans Environmental Health Perspectives assène un nouveau croche-pied.

Toxines bactériennes et fongiques

L’étude a examiné 75 modèles de cigarettes électroniques et e-liquides populaires aux États-Unis. Les 10 marques les plus vendues, plus précisément. Et les résultats ne sont pas très bons. Il ressort que 27 % contenaient des traces d’endotoxine. Il s’agit d’un agent microbien présent sur les bactéries dites à Gram négatif (paroi pauvre en peptidoglycane). Plus de 80 % contenaient également des traces de glucane, retrouvé dans les parois cellulaires de la plupart des champignons. Des contaminants qui, si on s’y expose trop longtemps, peuvent entraîner des problèmes de santé chez l’Homme. Notamment de l’asthme, ou une réduction de la fonction pulmonaire.

« Il a été démontré que les endotoxines bactériennes Gram-négatives dans l’air et les glucanes dérivés de champignons ont chez l’Homme des effets respiratoires aigus et chroniques, explique David Christiani, principal auteur de l’étude. La découverte de ces toxines dans les produits de cigarette électronique ajoute aux préoccupations croissantes quant au potentiel d’effets respiratoires indésirables chez les utilisateurs ».

cigarettes
Des contaminants microbiens retrouvés dans les cigarettes électroniques. Crédits : Flickr/Vaping 360

Plusieurs sources possibles

Concernant les résultats, notons que les échantillons de cartouche avaient des concentrations de glucane 3,2 fois supérieures à celles des échantillons de e-liquide. Les concentrations de glucane étaient également plus élevées dans les produits aromatisés au tabac et au menthol, comparés aux produits aromatisés aux fruits. Ces derniers étaient en revanche plus chargés en endotoxines. Pour les chercheurs, cela pourrait signifier que les matières premières utilisées dans la production de ces arômes pourraient être une source de contamination. Tout comme les mèches en coton utilisées dans les cartouches.

Sur le papier, les cigarettes électroniques restent évidemment moins dangereuses que les cigarettes normales, qui produisent des centaines de produits chimiques cancérigènes lorsqu’elles sont brûlées. Cependant – comme nous le rappelle cette nouvelle étude – cela ne signifie pas pour autant que les e-cigarettes sont inoffensives.

Source

Articles liés :

Cigarette électronique : une bonne arme contre le tabac ?

San Francisco veut interdire les ventes de cigarettes électroniques

Cancer : boire une bouteille de vin par semaine équivaut à fumer jusqu’à 10 cigarettes

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.