in

Ce petit dinosaure ailé aurait pu tenir dans la paume de votre main

Crédits : Min Wang

Une équipe de paléontologues annonce la découverte d’un crâne fossile vieux de 120 millions d’années appartenant jadis à un petit dinosaure ailé. Ces travaux mettent en lumière l’évolution crânienne des oiseaux à l’époque du Crétacé.

La transformation du crâne des oiseaux d’une morphologie dinosaurienne lourde et dentée en une structure légère et édentée est une étape évolutive aussi importante que le vol motorisé et le développement des plumes dans le « monde aviaire ». Jusqu’à présent, notre compréhension de cette transition avait été entravée par la rareté des premiers fossiles d’oiseaux. Une découverte récente nous permet cependant d’y voir un peu plus clair.

Dans la revue Nature, une équipe de paléontologues de l’Académie chinoise des Sciences décrit en effet un nouveau dinosaure trahi par un crâne de deux centimètres de long vieux de 120 millions d’années découvert au fond d’un lac, dans le nord-est de la Chine.

Des tomodensitogrammes et une reconstruction détaillée du fossile suggèrent que cette espèce, qui aurait pu tenir dans la paume de votre main, intégrait jadis la sous-classe des énantiornithes (un groupe éteint d’oiseaux primitifs). Ces créatures vivaient aux côtés des ancêtres des oiseaux modernes et constituaient le groupe aviaire le plus diversifié il y a entre 145 millions et 66 millions d’années. Malgré leur succès évolutif, ces créatures n’ont en revanche pas résisté à l’extinction Crétacé-Paléogène.

Un crâne de dinosaure sur un corps d’oiseau

La caractéristique fondamentale qui différencie le crâne du spécimen du crâne des oiseaux modernes est son os carré (ou quadratum). Chez les oiseaux modernes, cet os permet aux folioles supérieure et inférieure du bec de bouger simultanément. C’est ce que l’on appelle un crâne cinétique.

Cependant, en ce qui concerne le crâne de ce nouveau dinosaure aviaire, ainsi que ceux de dinosaures comme le T-Rex et les proches parents dinosauriens des oiseaux (par exemple, les troodontidés et les dromaeosaures), les os étaient « verrouillés ». Ils étaient donc incapables de bouger.

dinosaure oiseaux
Reconstitution numérique du squelette fossile d’oiseau du Mésozoïque. Crédits : Min Wang

Les régions temporales (ou côtés) du crâne de cet oiseau fossile sont également très différentes des oiseaux modernes. Ici, les chercheurs ont repéré deux arcs osseux permettant la fixation des muscles de la mâchoire, à l’instar de ceux retrouvés chez les reptiles tels que les lézards, les alligators et les dinosaures, rendant l’arrière du crâne rigide et résistant aux mouvements entre les os.

Un os en particulier, connu sous le nom de ptérygoïde, ressemblait « exactement à celui du dromaeosaure Linheraptor« , selon Min Wang, principal auteur de l’étude. Ces dinosaures étaient des théropodes ressemblant à des oiseaux, dont les restes ont été découverts principalement en Chine. C’est la première fois qu’un tel os est isolé chez un énantiornithe.

En comparant les tomodensitogrammes du nouveau crâne à ceux de cette espèce, les chercheurs ont également isolé d’autres caractéristiques communes. La forme du basephénoïde (la partie postérieure de la base du crâne) et ses connexions avec d’autres os du crâne ressemblent également à celles des dromaeosaures plutôt qu’à des oiseaux modernes.

Ainsi, cette nouvelle étude confirme bien que les premiers oiseaux de cette planète avaient conservé de nombreuses caractéristiques de leurs ancêtres dinosauriens.