in

Découverte de l’exoplanète tellurique la plus proche de la Terre

Crédits : NASA/JPL-Caltech

Une équipe de chercheurs belges et suisses ont récemment découvert un nouveau système exoplanétaire au cœur duquel se trouve une exoplanète tellurique située à seulement 21 années-lumière de la Terre, soit la plus proche planète de ce type connue à ce jour.

Jeudi 30 juillet 2015, des astronomes des Universités de Liège en Belgique et de Genève en Suisse ont annoncé la découverte d’un nouveau système d’exoplanètes, soit des planètes situées en dehors de notre Système Solaire, composé de quatre exoplanètes et d’une étoile. Parmi elles, « HD 219 134 b » la planète tellurique (relative à la Terre, composée de roches et de métaux) la plus proche connue en dehors de notre système solaire puisqu’elle est située à seulement 21 années-lumière, « un jet de pierre à l’échelle de la galaxie » confie la Nasa qui affirme qu’il s’agit là d’une « mine d’or » pour la science.

Bien qu’« HD 219 134 b » ait une densité et une composition similaire à celle de la Terre, celle-ci ne peut être habitable, car elle orbite trop près de son étoile, située dans la constellation de Cassiopée, tournant autour d’elle en seulement trois jours. « Lorsque les premières mesures indiquèrent qu’une des planètes orbitait autour de l’étoile en trois jours, nous avons immédiatement demandé à la Nasa du temps d’observation avec le télescope spatial américain Spitzer », déclare Ati Motalebi, co-auteure de l’étude.

Capture d’écran 2015-08-03 à 13.28.59
Crédits : NASA/JPL-Caltech

Ils ont pu observer que cette planète passe régulièrement entre son étoile et la Terre, occasionnant un phénomène dit du « transit » ou une mini-éclipse, ce qui a permis d’étudier précisément son rayon, sa masse ainsi que sa densité. « La plupart des exoplanètes en transit de taille comparable à la Terre sont à des centaines d’années-­lumière de distance, bien trop loin pour rendre possible leur étude détaillée avec les télescopes actuels ou même futurs. Au contraire, cette nouvelle planète est une voisine de palier, ce qui ouvre un tas de perspectives enthousiasmantes quant à son étude détaillée », a expliqué Michaël Gillon, astronome à l’Université de Liège.

HD 219 134 b devrait être l’une des exoplanètes les plus observées des prochaines décennies, et l’étude des trois autres astres qui composent ce système pourrait également apporter de précieuses informations. « Pouvoir définir la composition de trois super-terres dans un même système proche fournirait une source d’information hors du commun sur la formation des systèmes planétaires et la composition de leurs membres, en particulier des super-terres » explique Stephane Udry, astronome à l’Observatoire de Genève.

Source : jpl.nasa

– Crédits photo : Nasa