in

De nouvelles créatures découvertes au fond de l’océan

Crédits : Pixabay

Une équipe de chercheurs de l’Université de Southampton annonce la découverte de six nouvelles espèces animales dans les sources chaudes sous-marines à 2,8 kilomètres de profondeur dans le sud-ouest de l’océan Indien.

C’est en explorant une zone du plancher océanique à 2 000 kilomètres au sud de Madagascar que l’équipe de recherche dirigée par le Dr Jon Copley a repéré une douzaine de « flèches » minérales. Ces cheminées hydrothermales riches en cuivre et en or suscitent un intérêt particulier pour l’avenir de l’exploration minière des fonds marins. Cependant, elles sont également ornées d’animaux nourris par les fluides jaillissants des cheminées d’aération. En effectuant des comparaisons génétiques avec d’autres espèces de la région, les chercheurs ont montré que plusieurs de ces espèces n’étaient pas encore enregistrées. Six d’entre elles n’avaient d’ailleurs jamais été rencontrées auparavant.

Parmi ces nouvelles espèces figurent un crabe au torse velu étroitement lié aux crabes « The Hoff » retrouvés près des évents de l’Antarctique (le crabe fut baptisé « The Hoff » en 2012 par des scientifiques en hommage à l’acteur David Hasselhoff) ; deux espèces d’escargots de mer et une espèce de patelle (un mollusque gastéropode) ; une espèce de Polynoidae qui est une famille de vers marins polychètes et une autre espèce de ver marin.

Crédits : University of Southampton

« Nous pouvons être certains que ces nouvelles espèces vivent également ailleurs dans le sud-ouest de l’océan Indien, car elles ont migré ici à partir d’autres sites, mais pour l’instant personne ne sait vraiment d’où », a déclaré le Dr Copley. « Nos résultats mettent en évidence la nécessité d’explorer d’autres sources hydrothermales dans l’océan Indien et d’enquêter sur la connectivité de leurs populations avant toute exploration minière ».

Les chercheurs ont également constaté d’autres espèces dans cette partie du globe qui sont également rencontrées dans d’autres évents, à plusieurs milliers de kilomètres. « L’une d’elles, un ver marin, vit sur les évents à l’est de l’Antarctique à plus de 6 000 kilomètres, tandis qu’une autre fréquente les évents dans le Pacifique oriental à plus de 10 000 km », décrit le chercheur. « Ainsi, ces animaux des profondeurs seraient beaucoup plus largement distribués à travers les océans que nous le pensions ».

Source

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.