in

Contrôler ses rêves à l’aide d’un courant électrique dans le cerveau

Crédits : 2532354 / Pixabay

Des scientifiques allemands viennent de faire une découverte étonnante dans le domaine du rêve. En effet, à l’aide d’un faible courant électrique dirigé vers des zones précises du cerveau, les chercheurs ont trouvé le moyen de faire prendre conscience à leurs sujets endormis qu’ils étaient en train de rêver. Autant dire qu’avec ce procédé, de nombreuses perspectives aussi bien ludiques que thérapeutiques sont envisageables..

Le fait de devenir conscient pendant son rêve et de l’influencer selon sa volonté est connu depuis un certain temps sous le terme de « rêve lucide ». Néanmoins, ce n’est que relativement récemment que la communauté scientifique a prouvé l’existence de ce type de songes. Depuis, les études qui ont été réalisées par certains pionniers, comme le psychophysiologiste LaBerge, ont permis d’en apprendre davantage sur les mécanismes qui sous-tendent les rêves.

Alors que, jusqu’à présent, les rêves lucides se produisaient de façon spontanée ou par l’application de méthodes particulières, des expériences récentes réalisées par des chercheurs de l’Université de Goethe à Francfort ont permis de mettre en exergue une nouvelle façon de les provoquer..

Engendrer le « rêve lucide » à l’aide de l’électricité

Ursula Voss, psychologue spécialiste du sommeil, ainsi que son équipe ont mené une série d’expériences sur un échantillon de sujets composé de 27 hommes et femmes. Ainsi, en envoyant un courant d’une fréquence de 25 Hz ou de 40 Hz dans les zones frontales et temporales du cerveau pendant la phase dite de « sommeil paradoxal », ces scientifiques se sont rendu compte que la majorité des cobayes disaient à leur réveil « s’être vus eux-mêmes de l’extérieur » et avoir été conscients d’être en train de rêver. Ursula Voss précise par ailleurs que : « Lorsqu’ils étaient stimulés à 25 Hz, nous avions de meilleurs scores sur le contrôle du déroulement du rêve, ce qui signifie qu’ils parvenaient à modifier leurs actions oniriques délibérément ».

De nombreuses applications envisageables

Selon les chercheurs, cette technique pourrait bien contribuer à combattre les troubles obsessionnels compulsifs (TOC), ainsi que certains symptômes de la schizophrénie. De même, elle pourrait assister les personnes victimes de stress post-traumatique en les aidant à contrôler les cauchemars qui accompagnent bien souvent ce trouble.

Enfin, certains envisagent la mise au point et la commercialisation de « gadgets » qui permettraient de rêver de façon consciente. Néanmoins, Ursula Voss se veut extrêmement prudente face à ce projet et préfère mettre en garde : « Bien que ce ne soit pas quelque chose qui m’intéresse à titre personnel, je suis certaine que ce genre d’objets ne devraient pas tarder à sortir. Mais la stimulation cérébrale doit toujours être effectuée sous l’étroite surveillance d’un médecin ! »

En tout cas, le moins que l’on puisse dire, c’est que tout ceci a de quoi laisser songeur…

Sources : lexpress20minutes