in

Comment éviter les produits chimiques nocifs dans les textiles ?

Crédits : Pexels

On a beau savoir que les produits chimiques sont partout, il est parfois surprenant de voir à quel point l’impact de certains sur la santé et l’environnement est méconnu. Qu’il s’agisse de pesticides, de produits ménagers ou encore de protections périodiques, de nombreux objets du quotidien sont concernés. Et l’industrie textile ne fait pas exception. 

Faut-il voir le mal partout ?

Au vu des révélations désormais courantes autour de la dangerosité de certains produits, facile de céder à la paranoïa. Mais soyons réalistes : tous les produits chimiques ne sont pas désignés comme étant mauvais pour la santé. Ou du moins tous leurs effets potentiellement négatifs n’ont pas encore été mis en lumière. Cela dépend du point de vue de chacun·e sur la question.

Toujours est-il que le besoin d’être informé et l’envie de consommer de manière plus responsable se font de plus en plus ressentir. Et puisque c’est elle qui nous intéresse dans cet article, l’industrie textile n’est pas épargnée par ces revendications. De plus en plus de personnes se tournent en effet vers les productions bio, et celles-ci ne concernent pas que les vêtements, puisqu’il existe aussi des matelas bio ou encore des tissus bio qui servent à la production de linge de maison (rideaux, housses de coussins, etc.).

lit oreiller chambre
Oreillers, couette, draps, matelas, rideaux, coussins… Les textiles sont partout dans nos logements et peuvent parfois être issus d’industries qui utilisent des produits chimiques nocifs. Crédits : Pixabay / StockSnap

Ce qu’en dit l’Anses

L’an dernier, une étude on ne peut plus complète de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) mettait le doigt sur ces produits que nous côtoyons au quotidien par le biais de nos vêtements. Il en ressort que de la benzidine, certains phtalates, des nonylphénols ou encore des colorants azoïques – entre de nombreux autres – sont présents dans certains textiles qui nous sont proposés à la vente. Mais en quoi sont-ils considérés comme nocifs ?

Au lieu de nous pencher sur leurs propriétés chimiques, intéressons-nous à leur impact sur notre santé. Selon l’Anses, la plupart d’entre eux sont en effet susceptibles de provoquer des réactions allergiques cutanées (démangeaisons, dermatites de contact). Sans compter leur impact environnemental négatif. Mais le souci, c’est qu’il n’existe pas de « liste d’ingrédients » pour les vêtements, qui permette aux consommateurs de vérifier le cocktail chimique par lequel est passé tel ou tel article.

serviette bain
Crédits : Pixabay / Alexas_Fotos

Les solutions à envisager

Afin de limiter ces désagréments, les chercheurs rappellent donc dans leur rapport la nécessité de laver systématiquement les vêtements neufs avant de les porter. Mais leurs recommandations s’adressent principalement aux autorités et responsables des marques textiles. Le but est par exemple que soit mise en place une réglementation plus précise en ce qui concerne les produits chimiques à éviter ou à proscrire. L’Anses les enjoint aussi à mieux informer les consommateurs par le biais des étiquettes.

Justement, que faire lorsque l’on ne sait plus où se fournir en vêtements, chaussures, draps ou serviettes de bain ? Comme évoqué en début d’article, les marques de tissus et vêtements bio et/ou non traités sont actuellement en plein essor. Il existe aussi des normes comme la Global Organic Textile Standard (GOTS) qui peuvent aider dans le choix de marques. D’autre part, des applis telles que Good on you ont aussi vocation à aiguiller les consommateurs désireux de se tourner vers des marques plus respectueuses de la santé et de l’environnement.

Articles liés : 

Quelle est la raison du rétrécissement des vêtements au lavage ?

FoldiMate : la machine à plier les vêtements fait son retour !

Vous pouvez maintenant porter vos sous-vêtements pendant plusieurs semaines