in

La Chine va bâtir le plus grand accélérateur de particules du monde

Crédits : Opelstadt/Pixabay

Afin de poursuivre les avancées initiées par le grand collisionneur de hadrons (LHC), la Chine prévoit de construire entre 2020 et 2025 le plus grand accélérateur de particules au monde.

Ce jeudi 29 octobre, la presse chinoise s’est chargée d’officialiser la nouvelle : la Chine va construire entre 2020 et 2025 un accélérateur de particules au moins deux fois plus important que le Grand collisionneur de hadrons (LHC) du CERN à Genève. « Le plan conceptuel final sera achevé d’ici la fin 2016 », a déclaré Wang Yifang, directeur de l’Institut chinois de la Physique des Hautes énergies, au journal China Daily.

Selon les estimations actuelles, la future installation chinoise devrait mesurer de « 50 à 100 km », supplantant ainsi largement le LHC qui ne mesure quant à lui que 27 km. Ce dernier avait permis de confirmer en 2012 l’existence d’une particule élémentaire qui est aujourd’hui mondialement connue sous le nom de Boson de Higgs.

Or, c’est justement pour affiner les découvertes concernant ce boson de Higgs que Pékin prévoit de construire une installation qui serait capable de produire de manière exclusive des millions de ces particules. « Le LHC génère des bosons de Higgs avec de nombreuses autres particules », explique Wang Yifang. « (Notre future installation) crée un environnement extrêmement pur, qui ne produit que des bosons de Higgs ».

En outre, le nouveau collisionneur chinois pourrait produire jusqu’à sept fois plus d’énergie que le LHC, qui vient récemment de doubler sa puissance à 13 TeV. Selon Wang Yifang, l’installation du CERN « atteint ses limites en termes de niveau d’énergie. Il semble impossible d’intensifier fortement l’énergie dans l’installation actuelle ».

Un investissement massif

À l’heure où de nombreux pays ont été contraints d’adopter des mesures d’austérité concernant leurs projets de recherche sans applications concrètes, la Chine compte quant à elle tirer profit de ce contexte pour investir massivement dans la recherche fondamentale et appliquée afin de devenir l’un des leaders mondiaux en sciences.

Ce projet de nouvel accélérateur a commencé à voir le jour en 2013, peu de temps après la découverte du boson de Higgs. Wang Yfang avait alors évoqué que la ville portuaire de Qinhuangdao, située au nord-est de la Chine, serait un emplacement idéal pour installer un nouveau collisionneur de particules. « C’est une machine pour le monde et (créée) par le monde : pas une (machine) Chinoise », avait-il ajouté, soulignant la participation de scientifiques étrangers au projet.

Source : AFP