in

La Chine approuve le premier vaccin inhalé contre la COVID-19

Crédits : zhugher/Pixabay

Le fabricant de vaccins CanSino Biologics (CanSinBIO), basé à Tianjin, a annoncé que la Chine vient d’approuver le premier vaccin COVID-19 oral au monde. Le « traitement », nommé Convidecia Air, libère des morceaux de matériel génétique du SRAS-CoV-2 transportés par un vecteur adénovirus inoffensif directement dans les voies respiratoires supérieures. L’Administration nationale chinoise des produits médicaux a approuvé l’utilisation de ce vaccin comme rappel.

C’est le premier approuvé parmi plus de cent vaccins oraux ou nasaux actuellement en développement dans le monde. D’après les scientifiques, une telle approche pourrait permettre aux cellules immunitaires des fines membranes muqueuses de s’habituer au matériel génétique du virus de la Covid-19, empêchant ainsi sa propagation en cas d’inhalation ultérieure.

Le vaccin CanSinBIO est déjà disponible sous une forme injectée en Chine et dans quelques autres pays. Selon l’essai clinique de phase 3 publié en décembre dernier dans The Lancet, ce vaccin serait efficace à 57,5 ​​% pour prévenir tout symptôme de la COVID-19. Il serait également efficace à 91,7 % pour prévenir les cas les plus graves pendant au moins quatre semaines après une seule dose.

Un autre essai clinique publié en juillet dernier dans la même revue a montré que les niveaux d’immunité produits par deux inhalations de ce vaccin à vingt-huit jours d’intervalle atteignaient les mêmes que ceux produits par une injection intramusculaire. L’avantage de cette approche est toutefois qu’elle est moins invasive et nécessite des doses beaucoup plus faibles pour faire le même travail.

désinfectant virus chine
La Chine approuve le premier vaccin inhalé contre le COVID-19 au monde. Crédits : mohamed_hassan/Pixabay

Maintenir la couverture vaccinale

En approuvant le CanSinBIO par voie orale, les régulateurs chinois espèrent que davantage de personnes se feront vacciner, malgré le taux de vaccination déjà élevé du pays. À l’heure actuelle, la Chine a en effet déjà distribué plus de 3,4 milliards de doses injectables pour vacciner complètement 89,9 % de sa population.

Cependant, les autorités chinoises ne veulent prendre aucun risque, d’autant que le virus continue de circuler. Plus de 65 millions de personnes sont actuellement en confinement dans le pays, dont les 21 millions d’habitants de la ville de Chengdu suite de l’apparition de centaines de cas locaux. Ces nouveaux vaccins de rappel pourraient donc devenir essentiels dans la lutte contre une résurgence des cas à l’approche de la période hivernale.

Notez qu’un vaccin nasal a également été récemment approuvé en Inde, mais simplement pour un usage limité. Ce dernier ne devra en effet être utilisé qu’en cas d’urgence dans le but de réduire la charge virale rapidement.