in

Pourquoi célébrons-nous le Nouvel An le 1er janvier ?

Crédits : Pixabay

La question peut paraître étrange puisqu’aujourd’hui, un calendrier référence existe pour la majeure partie de la planète, mais en réalité, il n’en a pas toujours été ainsi et le choix du 1er janvier pour célébrer le Nouvel An est relativement récent.

Alors que la majeure partie du monde célèbre l’événement lorsqu’il est minuit et donc au moment exact de l’entrée dans l’année 2017, demandons-nous pourquoi c’est le 1er janvier que nous fêtons le Nouvel An. En effet, celui-ci n’a pas toujours été associé à cette date et ne l’est toujours pas dans certaines cultures.

Les anciennes civilisations célébraient le Nouvel An à des moments bien différents de l’année. Ainsi, les anciens Mésopotamiens célébraient le Nouvel An durant douze jours pendant le festival d’Akitu qui avait lieu autour de l’équinoxe de printemps alors que les Grecs célébraient l’événement autour du solstice d’hiver, le 20 décembre. Comme le rapportait le Romain Censorius, du côté des Égyptiens c’est le 20 juillet que l’on fêtait le Nouvel An selon un article de 1940 à consulter dans la revue Proceedings of the American Philosophical Society.

À l’ère romaine, c’est le 1er mars que la nouvelle année était célébrée. C’était le mois du début des campagnes militaires, Mars étant le dieu de la guerre chez les Romains. Puis en 46 av. J.-C., Jules César a créé le calendrier julien, un calendrier solaire destiné à remplacer le calendrier Romain qui lui semblait trop fluctuant. Mais l’application du calendrier julien ne fut pas aisée et l’on continuait à célébrer le Nouvel An à des dates différentes.

Il aura fallu attendre 1582 et le Pape Gregory XIII que le calendrier grégorien soit instauré afin de corriger la dérive séculaire du calendrier julien. D’abord utilisé par les états catholiques, il s’est étendu à la majeure partie du monde au début du XXe siècle pour les usages civils alors que d’autres calendriers de cultures différentes restent quant à eux utilisés pour les usages religieux ou traditionnels.

Pourquoi le 1er janvier ?

Bien que le choix de la date de la nouvelle année est essentiellement arbitraire dans une perspective planétaire, il y a un événement astronomique remarquable qui se produit à cette période : la Terre est au plus proche du soleil au début du mois de janvier. On appelle cela le périhélie. Pour 2017, ce point sera atteint le 4 janvier. Ainsi, le 1er janvier est globalement considéré comme le jour du Nouvel An même si certains pays ne l’ont pas adopté comme l’Afghanistan, l’Éthiopie, l’Iran, le Népal et l’Arabie Saoudite.

Pour d’autres cultures, des célébrations sont également prévues à d’autres dates. C’est le cas pour le calendrier islamique, le calendrier juif ou encore le calendrier chinois qui sont tous trois des calendriers lunaires. Par exemple, le célèbre Nouvel An chinois tombera cette année le 28 janvier 2017.