in

Avril 2020 s’inscrit parmi les mois d’avril les plus chauds jamais enregistrés

Crédits : Flickr

À l’échelle mondiale, les températures essuyées le mois dernier ont été comparables à celles du mois d’avril le plus chaud jamais enregistré (en 2016), selon un nouveau rapport.

Il a fait (très) chaud en avril

Soutenu par le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT), le service Copernicus Climate Change vient de publier son bulletin climatique pour le mois d’avril. Sans grande surprise, le bilan fait état d’un mois record, à égalité avec le mois d’avril 2016, considéré comme le plus chaud jamais enregistré.

Enfin presque. Copernicus précise en effet qu’avril 2020 a connu une température moyenne inférieure à 2016 d’un « insignifiant 0,01 °C ». En revanche, avril 2020 devance le troisième mois d’avril le plus chaud jamais enregistré (2019) de 0,08 °C. Plus globalement, la température moyenne relevée le mois dernier a été supérieure de 0,7 °C par rapport à la moyenne enregistrée entre 1981 et 2010.

Des températures particulièrement élevées ont été essuyées en Europe occidentale, en Sibérie, en Afrique centrale et du nord-ouest, ainsi qu’en Australie occidentale et au Mexique, souligne le rapport. Les températures étaient également bien au-dessus de la moyenne dans certaines parties du Groenland et de l’Antarctique. Un nouveau coup de chaud qui a eu pour effet d’accélérer la désintégration des calottes glaciaires.

Le rapport souligne toutefois quelques exceptions. Certaines régions ont en effet enregistré des températures plus fraîches que d’ordinaire, notamment l’Asie du Sud-Est et le centre canadien.

avril
Anomalies de températures de l’air de surface pour avril 2020 par rapport à la moyenne d’avril pour la période 1981-2010. Crédits : Copernicus Climate Change Service / ECMWF

Une tendance globale

Rappelons que, d’après un bilan publié il y a quelques semaines par Météo France, nous venons également de vivre notre hiver le plus chaud depuis le début des relevés en 1900. Dans l’hexagone, les températures ont été en moyenne plus de 2 °C au-dessus de la normale en décembre et janvier, et plus de 3 °C au-dessus de la normale en février.

Si l’on prend encore un peu plus de recul, un récent rapport a également souligné que 2019 avait été l’année la plus chaude jamais observée en Europe, avec des températures enregistrées environ 1,2 °C au-dessus de la normale 1981-2010. Une tendance que nous devons à la libération dans l’atmosphère de gaz à effet de serre d’origine anthropique. En outre, il faut également savoir que l’Europe expérimente actuellement la phase chaude d’un mode de circulation atmosphérique multi-décennal depuis la fin des années 1980.

Enfin, sur un tableau encore plus large, notons que les températures mondiales ont augmenté de plus d’un degré Celsius depuis les années 1880, période à partir de laquelle nous avons commencé à relever les données climatiques.