Pour la toute première fois de l’Histoire, des astronomes britanniques du Jodrell Bank Center for Astrophysics, à Manchester au Royaume-Uni, ont pu observer un trou noir en formation.

Le terme trou noir a été inventé par le physicien américain John Wheeler en 1967, pour décrire une concentration de masse-énergie si compacte que même les photons ne peuvent se soustraire à sa force gravitationnelle. Un trou noir est caractérisé par l’existence d’un horizon : c’est la surface sphérique dont même la lumière ne peut sortir. Toute matière se trouvant à distance trop réduite d’un trou noir est avalée par lui.

Au Jodrell Bank Center for Astrophysics de Manchester, Royaume-Uni, l’équipe d’astronomes dirigée par Megan Argo a pu observer l’un de ces trous noirs, en pleine formation au sein de la galaxie NGC 660. Au cours des derniers mois, celui-ci a vu sa taille se multiplier des centaines de fois, permettant à ces scientifiques d’avoir une meilleure idée de l’évolution d’un « trou noir supermassif ».

Gemini Observatory / AURA

Crédits : Gemini Observatory / AURA

Ce trou noir est qualifié de « supermassif », car sa masse est gigantesque, équivalent à 20 millions de fois la masse de notre Soleil. Il est situé à 44 millions d’années-lumière de la Terre, et les travaux de l’équipe d’astronomes de Megan Argo seront présentés au meeting d’astronomie annuel de la Britain’ s Royal Astronomical Society qui se tient à Llandudno, au Pays de Galles.

Source : Royal Astronomical Society

– Crédits photo : © NASA, ESA, STScI-RCC14-41a