in

Une cache d’artefacts nazis découverte derrière le mur d’une maison

Crédits : Stadtarchiv Hagen

Un professeur d’histoire est récemment tombé sur une cache secrète d’artefacts nazis. Les objets étaient nichés depuis plus de 75 ans derrière le mur de la maison de sa tante à Hagen, en Allemagne. D’après les analyses, la demeure abritait autrefois un bureau du Nationalsozialistische Volkswohlfahrt (ou NSV), le secours populaire national-socialiste des travailleurs allemands.

Il n’en croyait pas ses yeux. Sebastian Yurtseven, professeur d’histoire, est tombé sur cette cache à la fin du mois dernier alors qu’il nettoyait la maison de sa tante à Hagen, victime des violentes inondations ayant frappé la région. Après avoir extrait un morceau de placo-plâtre partiellement détaché, il est tombé sur un trou creusé dans le mur derrière lui.

Très vite, il repère un journal datant de 1945, puis tombe sur plusieurs autres objets, dont des médailles du parti nazi décorées de croix gammées, un revolver, des poings américains, des masques à gaz, plusieurs boîtes contenant des documents tels que des dossiers de femmes enceintes dans la région, et bien sûr, le portrait d’Hitler.

« Les objets se trouvaient dans un puits étroit entre deux maisons », explique à LiveScience l’archiviste Andreas Korthals. « Ils ont probablement été jetés dans cette crevasse en avril 1945, alors que les troupes américaines entraient dans la ville. Celui qui a caché ces objets, dit-il, l’a probablement fait à la hâte afin pour ne pas être arrêté ».

nazis
Crédits : Stadtarchiv Hagen
nazis
Crédits : Stadtarchiv Hagen
nazis
Le portrait d’Adolf Hitler. Crédits : Stadtarchiv Hagen

Un ancien bureau de la NSV

D’après les premières analyses, cette maison servait autrefois de bureau local du Nationalsozialistische Volkswohlfahrt, ou NSV. Il s’agissait d’une organisation nationale d’aide sociale dirigée par les nazis (environ 17 millions de membres en 1943) dont le but était de supplanter d’autres organisations sociales, telle que la Croix-Rouge, dans le but de répandre l’idéologie nazie.

Selon l’Infrastructure européenne de recherche sur l’Holocauste (l’EHRI), ces bureaux s’occupaient – entre autres missions – de fournir de la nourriture et des masques à gaz, ou encore de s’occuper des blessés victimes de bombardements.

En outre, le Parti national-socialiste comprenait également une formation paramilitaire – la Sturmabteilung (les sections d’assaut, aussi appelé les “Chemises brunes”) – chargée de combattre les communistes. Le revolver et les poings américains étaient probablement utilisés à cette fin dans des combats de rue, note l’archiviste.

Sebastian Yurtseven a déclaré que sa famille avait acheté la maison dans les années 1960 et qu’ils ignoraient qu’il s’agissait autrefois d’un bureau local du NSV. Tous ces artéfacts seront bientôt répertoriés dans les archives de la ville puis mis à disposition pour la recherche.