in

En Argentine, ce bar est incliné à 45° pour servir une bière parfaite !

Crédits : capture vidéo

Il est constamment répété aux néophytes de pencher le verre en servant une bière, afin d’obtenir un élégant col de mousse. Une marque de bière d’Argentine a eu une idée incroyablement originale : ouvrir un bar lui-même incliné à 45° afin d’éviter d’avoir à effectuer ce geste. Focus sur ce concept délirant.

Il s’agit d’une première mondiale que l’ouverture de ce bar incliné ! Cette idée provient de la marque de bière Andes, fondée en 1921 par Otto Bemberg, un immigré allemand. Cette marque est d’ailleurs très célèbre dans le pays, rendant hommage à la Cordillère des Andes. La production se fait dans la province de Mendoza, à l’ouest du pays, près de la capitale chilienne Santiago.

« C’est une expérience unique pour que nos consommateurs puissent profiter d’une bière servie à la perfection, avec une mousse juste, dans ce bar placé sur l’une des plus grandes fiertés des habitants de Mendoza : la Cordillère des Andes » explique la marque Andes.

Le bar situé en altitude a été naturellement baptisé Andes Bar 45. Il est impressionnant d’observer cette petite bâtisse en bois, inclinée au milieu d’un tel manteau neigeux. Une fois à l’intérieur, les clients doivent défier la gravité afin de pouvoir s’attabler et boire leur bière. D’ailleurs tout est incliné, le sol, le comptoir, les tables, les chaises et bien sûr les murs, où figure un jeu de fléchettes.

圖片 1
Crédits : capture vidéo

Mais le plus important est dans ce cas,vous l’aurez compris, la tireuse à bière qui fait couler le liquide à la verticale, une position idéale puisque le verre (fermement tenu par le client) est incliné à 45° comme l’intégralité du bar.

La construction de l’Andes Bar 45 a été un véritable défi, et la marque a mis à contribution le talent de divers architectes, ingénieurs, physiciens, ainsi que celui de chimistes. De plus, et c’est bien normal, des amateurs de bière ont été sollicités !

Voici la publicité diffusée pour l’Andes Bar 45 :

Sources : Le SoirKonbini