in

Que sait-on de cet ancien manchot géant découvert en Nouvelle-Zélande ?

Le manchot géant Kairuku waewaeroa. Crédits : Simone Giovanardi)

En 2006, des écoliers du Hamilton Junior Naturalist Club étaient à la recherche de fossiles d’oursins dans le port de Kawhia, une crique naturelle de la région de Waikato, en Nouvelle-Zélande. À la place, ils sont tombés sur un ancien manchot géant.

Les manchots (Sphenisciformes) proposent l’une des archives fossiles les plus complètes et les plus continues de tous les clades aviaires, offrant aux chercheurs une compréhension sans cesse améliorée de la biogéographie et de l’évolution de la plongée propulsée par les ailes. Pourtant, notre connaissance des proportions précises du corps des oiseaux du “groupe souche” est encore ponctuée de trous, notamment en raison d’une pénurie de spécimens articulés. Dans le Journal of Vertebrate Paleontology, une équipe de chercheurs décrit une nouvelle espèce découverte dans la Formation de Glen Massey, en Nouvelle-Zélande. C’est l’un des squelettes de manchots géants les plus complets jamais découverts.

Un grand bec et de longues jambes

Il mesurait environ 1,4 m de haut. À titre de comparaison, la plus grande espèce de manchot vivant aujourd’hui est le manchot empereur (Aptenodytes forsteri) qui peut mesurer jusqu’à 1,2 m de haut et peser jusqu’à 45 kilogrammes. Les restes de ce nouveau spécimen avaient été découverts en 2006 près du port de Kawhi par de jeunes chasseurs de fossiles du Hamilton Junior Naturalist Club (JUNATS), un club d’histoire naturelle à Hamilton, en Nouvelle-Zélande, pour les enfants de dix à dix-huit ans.

À l’époque, le fossile risquait d’être endommagé par l’érosion océanique. Aussi, les responsables locaux ont autorisé le club à fouiller le fossile qui fut ensuite remis au musée de Waikato, en 2017. Les scientifiques ont alors mesuré et scanné le squelette de manière à pouvoir développer un modèle 3D. Les chercheurs ont ensuite comparé les os de l’oiseau à ceux d’autres manchots géants du Paléogène.

D’après ces mesures, il s’agirait bel et bien d’une nouvelle espèce. L’animal, qui vivait il y a entre 27 et 35 millions d’années dans l’actuelle Nouvelle-Zélande, vient d’être nommé Kairuku waewaeroa. Il se distinguait par un long bec et de longues jambes. D’après Chris Templer, le responsable des fouilles, ces longues pattes pourraient d’ailleurs avoir permis à K. waewaeroa de nager plus vite ou de plonger plus profondément que les autres espèces de manchots connues.

manchot
Une représentation des ossements de Kairuku waewaeroa et une comparaison de sa taille avec celle du manchot empereur. Crédits : Journal of Vertebrate Paleontology

D’autres géants découverts

Notez que si Kairuku waewaeroa était effectivement imposant, ce n’est pas le plus grand manchot jamais découvert. Il y a deux ans, sur l’île du sud de la Nouvelle-Zélande, une équipe du Canterbury Museum avait notamment identifié les restes d’un animal de quatre-vingts kilos mesurant un peu plus de 1,6 m à son époque (entre 66 et 56 millions d’années). Baptisé Crossvallia waiparensis, l’animal n’a pu être identifié que par la découverte des os de ses pattes.

D’autres espèces étaient encore plus grandes. On pense notamment à Kumimanu biceae qui mesurait 1,77 m pour environ cent kilogrammes, évoluant lui aussi à la même époque, ou encore Palaeeudyptes klekowskii qui mesurait près de deux mètres pour environ 115 kilos sur la balance. Ce dernier aurait évolué en Antarctique il y a de cela 55 à 34 millions d’années.