in

Âgé de 4 ans, une maladie donne à ce bangladais l’apparence d’un vieillard

Crédits : Capture vidéo

S’agit-il d’un cas de progeria, cette maladie génétique qui avait inspiré le film « L’étrange histoire de Benjamin Button » ? Peut-être pas, toujours est-il que ce petit Bangladais âgé de seulement quatre ans et à l’apparence d’un vieil homme a été admis à l’hôpital pour tenter de comprendre ce qui le touche.

Quelle mystérieuse maladie touche Bayezid Shikdar, un petit garçon du Bangladesh âgé de seulement quatre ans malgré ses apparences de vieillard ? Pour le moment nul ne le sait. Ainsi, il a été récemment admis à l’hôpital de Dacca pour y passer une batterie de tests, où l’équipe médicale a accepté d’essayer de diagnostiquer la maladie et de soigner gratuitement le garçon. Issu d’une famille d’agriculteurs, l’enfant est né avec un excès de peau, mais également avec des problèmes cardiaques, d’audition et de troubles de la vue.

« Nous avons vendu notre terrain pour le faire soigner dans des hôpitaux locaux. Nous l’avons emmené chez des guérisseurs, nous avons essayé les traitements à bases de plantes naturelles, mais cela n’a rien changé. Cet hôpital est notre dernier espoir » explique Lablu Shikdar, le père de l’enfant. « Nous espérons qu’il pourra ressembler à tous les autres enfants » ajoute-t-il.

Certains médecins de l’hôpital ont suggéré une progeria (syndrome de Hutchinson-Gilford), une maladie génétique rarissime, affectant une naissance sur 4 à 8 millions, caractérisée par un vieillissement prématuré débutant dès la période néonatale, rendue célèbre dans le film de David Fincher « L’étrange histoire de Benjamin Button« . Les tests le diront, mais cela semble peu probable puisque dans le cas d’une progeria, « le processus de vieillissement accélère avec le temps« , explique Abul Kalam, chef de l’unité de chirurgie réparatrice. Ici, « selon les parents de Bayezid, le vieillissement du garçon s’est récemment arrêté. Il a montré des signes d’amélioration« . Pour d’autres médecins de l’hôpital de Dacca, cette étrange maladie pourrait être due à la consanguinité, quelque chose d’assez fréquent dans les régions rurales du Bangladesh.

Cet hôpital de Dacca est décidément habitué aux syndromes étranges, puisque c’est dans ce même établissement qu’avait été opéré Abul Bajandar, ce Bangladais surnommé « l’homme arbre » qui développait d’immenses verrues sur les mains.