in

Zhurong : le rover chinois en grande difficulté sur Mars

extraterrestre chine mars zhurong zhurong vaisseau
Le rover Zhurong et son atterrisseur photographiés sur Mars. Crédits : CNSA

Zhurong, qui est le premier rover à avoir été envoyé par la Chine sur Mars, pourrait être définitivement perdu à cause d’une hibernation difficile. En effet, il n’a visiblement toujours pas repris contact avec les équipes au sol depuis sa mise en vieille en mai dernier.

Comme la Terre, Mars est sujette aux saisons. En revanche, sur la planète rouge, les hivers durent environ deux fois plus longtemps. Au cours de ces périodes, les températures peuvent chuter à -60°C, mettant les instruments à rude épreuve. Pour faire le « dos rond », les rovers sont mis en veille en attendant des jours meilleurs. En général, ils reprennent leurs activités de manière autonome une fois qu’ils sont capables de générer suffisamment d’énergie. Pour les véhicules à énergie solaire, comme Zhurong,  les températures doivent atteindre environ -15°C.

Zhurong ne s’est toujours pas réveillé

Zhurong hibernait sur la surface martienne depuis le 18 mai 2022 et devait reprendre ses activités en décembre, à peu près au moment de l’équinoxe de printemps dans l’hémisphère nord martien. Cependant, d’après le South China Morning Post qui cite des sources ne souhaitant pas être nommées, les équipes au sol n’auraient toujours pas reçu de signal de « réveil » du rover.

Il se pourrait que Zhurong ait été touché par des tempêtes de sable, réduisant ainsi les niveaux de production d’énergie de ses quatre panneaux solaires. Le rover dispose de moyens actifs permettant d’éliminer cette poussière, mais aucun n’est en mesure d’effectuer cette opération en hibernation.

Si le contact n’est toujours pas rétabli au cours de ces prochaines semaines, la Chine abandonnera probablement officiellement sa mission.

Malgré tout, celle-ci reste un succès. Rappelons en effet que Zhurong, qui avait une durée de vie de mission principale de 90 sols seulement (92 jours terrestres), a opéré pendant un peu plus d’un an terrestre.

Au cours de son voyage dans la vaste plaine rocheuse d’Utopia Planitia, le véhicule aura parcouru près de 2 000 mètres au sud de son site d’atterrissage. Le rover a collecté des informations détaillées sur le sous-sol stratifié local avec son radar pénétrant dans le sol et a découvert des preuves d’une activité aqueuse relativement récente dans la région.

chine mars zhurong échantillons
Un panorama martien capturé par le rover chinois Zhurong. Crédits : CNSA

Zhurong n’est pas le seul en difficulté

L’orbiteur chinois Tianwen-1 (récemment utilisé comme relais de communication pour Zhurong pendant la phase de mission principale du rover) semble lui aussi avoir du mal à transmettre ses données aux équipes au sol.

La sonde devait effectuer des tests d’aérofreinage à la fin de l’année dernière dans le cadre de la préparation d’une mission de retour d’échantillons sur Mars qui pourrait être lancée plus tard dans cette décennie. On ignore si ces tests ont été effectués avec succès, mais ils pourraient avoir eu un impact sur l’orbiteur. Les autorités spatiales chinoises n’ont pas encore fait de commentaire sur le sujet.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.