in

Il y a plus de deux millions d’années, un tiers de la mégafaune marine a disparu

Crédits : iStock

Baleines, requins ou tortues… il y a plus de deux millions d’années, un tiers de la mégafaune marine disparaissait d’après une étude. Cet événement d’extinction précédemment inconnu aurait eu non seulement un impact considérable sur la biodiversité terrestre, mais également sur le fonctionnement des écosystèmes.

Une équipe internationale s’est récemment penchée sur les fossiles de la mégafaune marine des époques du Pliocène et du Pléistocène (5,3 millions à environ 9 700 ans av. J.-C). Si les extinctions de certains grands mammifères terrestres comme le tigre à dent de sabre ou le mammouth pendant l’ère glaciaire sont bien connues, il semblerait qu’un événement d’extinction similaire jusqu’alors inconnu aurait eu lieu quelques centaines de milliers d’années plus tôt dans les océans.

« Nous avons pu montrer que près d’un tiers de la mégafaune marine a disparu il y a entre deux et trois millions d’années », explique Catalina Pimiento, de l’institut de paléontologie de Zurich, principale auteure de cette étude. Après analyses de certains fossiles et selon toute vraisemblance, la mégafaune marine aurait ainsi perdu au moins 55 % de sa diversité. Environ 43 % des espèces de tortues de mer ont été perdues, 35 % des oiseaux de mer et 9 % des requins. D’autre part, de nouvelles formes de vie suivantes se développaient au cours de l’époque du Pléistocène : environ un quart des espèces animales, y compris l’ours polaire, l’Océanite de Castro ou le manchot antipode, n’existaient pas avant le Pliocène. Cependant, dans l’ensemble, des niveaux antérieurs de diversité n’ont jamais pu être atteints à nouveau.

Afin de déterminer les conséquences de cette extinction, l’équipe de recherche s’est concentrée sur les zones côtières peu profondes, en étudiant les effets de la perte d’entités fonctionnelles sur les écosystèmes côtiers. Les entités fonctionnelles sont des groupes d’animaux qui ne sont pas nécessairement liés, mais qui présentent des caractéristiques similaires en termes de fonction, de rôle joué sur les écosystèmes. Ils suggèrent alors que sept entités fonctionnelles auraient été perdues dans les eaux côtières pendant le Pliocène.

Bien que la perte de sept entités fonctionnelles et d’un tiers des espèces soit relativement modeste, les chercheurs soulignent que les prédateurs précédemment communs ont disparu à cette époque, alors que de nouveaux concurrents émergeaient. C’est toute une chaîne alimentaire qui a alors dû s’adapter. Pour les chercheurs, des facteurs océanographiques tels que des courants marins altérés auraient grandement contribué à ces extinctions. Les animaux à sang chaud semblent avoir été les plus touchés comme les baleines ou le célèbre Mégalodon qui a disparu à cette époque.

« Cette étude montre que la mégafaune marine était beaucoup plus vulnérable aux changements environnementaux mondiaux dans le passé géologique récent qu’on ne l’avait cru auparavant », souligne Catalina Pimiento, qui fait un parallèle avec la situation actuelle : « de nos jours, les grandes espèces marines telles que les baleines, les phoques ou les requins sont également très vulnérables, mais aux influences humaines ».

Source