in

Il y a 70 000 ans, nos ancêtres pouvaient peut-être admirer deux couchers de Soleil

Crédits : iStock

(Avec The SpaceTimesEt si, il y a des milliers d’années, nos couchers de soleil étaient semblables à ceux de Tatooine, la planète aux deux soleils de Star Wars? Une naine rouge a été récemment analysée de plus près et aurait brillé à côté du Soleil il y a 70 000 ans.

L’étoile brille dans notre ciel depuis des années, mais ce n’est qu’en 2013 que Ralf-Dieter Scholz la repère. Baptisée Scholz comme ce dernier, cette naine rouge, située à 20 années-lumière de notre planète, n’est pas très lumineuse et ne pèse que 8 % de la masse du Soleil. Observée par tous les télescopes, l’étoile est accompagnée d’une naine brune, qui représente 6 % de la masse du Soleil et est à la fois une étoile et une planète. Scholz s’éloigne de la Terre à 300 millions de kilomètres par heure.

Les astronomes intrigués par son histoire, dont Eric Mamajek, un professeur d’astrologie de l’université de Rochester, ont simulé son trajet sur 10 000 orbites différentes, en mesurant sa vitesse et sa trajectoire actuelles, grâce à deux télescopes : le Southern African Large Telescope en Afrique du Sud et le télescope Magellan au Chili. Dans leur étude, ils ont conclu que Scholz a autrefois traversé le nuage d’Oort, une zone formée de comètes autour de notre système solaire.

Ces résultats prouvent que l’étoile Scholz était non loin de notre planète il y a 70 000 ans et brillait aux côtés du Soleil, situé à 8 000 milliards de kilomètres d’elle, ce qui n’est pas si loin en astronomie. Nos ancêtres ont donc probablement pu assister au spectacle renversant d’un double coucher de soleil. « Durant quelques minutes ou quelques heures, elle devait être assez brillante », déclare Eric Mamajek.

D’autres étoiles semblables auraient pu apparaître dans notre paysage il y a des milliers d’années. « Dans un rayon de 20 années-lumière autour du Soleil, trois ou quatre étoiles et plusieurs dizaines de naines brunes pourraient nous avoir échappé », explique Adam Burgasser. « Le satellite Gaia, qui cartographie la Voie lactée depuis décembre 2013, devrait pouvoir les détecter ».

Sources : TF1, Le Parisien, Journal de la Science.