in

« World Overshoot Day » – Depuis hier, la Terre vit sur ses réserves

Crédits : PIRO4D / Pixabay

Ce jeudi 13 août marquait le « World Overshoot Day », soit le « jour de dépassement » en français. En huit mois, nous avons épuisé la totalité des ressources naturelles que notre planète Terre peut produire sur une année.

L’ONG Global Footprint Network tire la sonnette d’alarme. En s’appuyant sur des chiffres fournis par l’ONU, l’organisation qui réalise ce calcul depuis vingt ans en divisant la quantité des ressources écologiques que la Terre est capable de générer chaque année par la biocapacité de la planète, c’est-à-dire sa capacité à régénérer ses ressources et absorber les déchets, comme les émissions de gaz à effet de serre, a déterminé le « jour du dépassement » au jeudi 13 août. Et ce jour recule d’année et année.

Depuis 1970, l’humanité épuise chaque année un peu plus tôt les ressources produites par la planète. « Même si notre calcul est approximatif, il montre que le dépassement est très élevé. Et que l’humanité continue d’accroître sa consommation de ressources, alors qu’elle vit déjà à crédit », s’inquiète Mathis Wackernagel, fondateur de l’ONG. En effet, selon les estimations, cette date tombait à fin novembre en 1975. En 2005, le jour du dépassement était atteint début septembre.

L’ONG nous apprend également qu’il nous faudrait 1,6 planète pour répondre à nos besoins. Si notre consommation mondiale continue à ce rythme, deux planètes seront nécessaires en 2030. « C’est un cercle vicieux : notre mode de consommation dégrade les écosystèmes dont nous dépendons. Il rejette des gaz à effet de serre dans l’atmosphère, et le réchauffement climatique aggrave encore la situation » alerte Diane Simiu, directrice des programmes du WWF France.

La situation est alarmante, mais il est encore possible d’inverser la tendance. La prise de conscience doit être collective. « Si nous arrivons à nous accorder sur une réduction de 30 % de nos émissions de CO2, nous pourrons infléchir la courbe », explique Sebastian Winkler, vice-président de l’organisation internationale. La Conférence sur le Climat (COP21) qui aura lieu en fin d’année à Paris permettra sans doute de prendre des engagements décisifs pour réduire les émissions de carbone de la communauté internationale.

Source : Le Monde