in

La tête coincée dans un pneu depuis deux ans, ce wapiti est enfin libre

Crédits : Jared Lamb/Parcs et faune du Colorado

Les responsables de la faune du Colorado recherchaient le wapiti depuis deux ans. Il y a quelques jours, ils ont finalement endormi l’animal pour le libérer de son fardeau.

C’était il y a quelques jours. Patrick Hemstreet, un habitant de Pine, Colorado, travaillait tranquillement depuis chez lui lorsqu’il aperçut depuis sa fenêtre une harde d’une quarantaine de wapitis. Au milieu se distinguait un grand mâle, avec en guise de collier… un pneu. Ce n’était pas la première fois qu’il voyait l’animal. En réalité, il le cherchait depuis longtemps.

Il y a deux ans, le pneu avait glissé le long du cou du wapiti avant de rester coincé à mesure que les bois de l’animal se développaient et se ramifiaient. Un agent local avait constaté les dégâts lors d’une enquête sur la population de mouflons d’Amérique et de chèvres de montagne dans le Mount Evans Wilderness, une zone forestière nationale. Patrick Hemstreet avaient ensuite également l’animal sur l’une des caméras de surveillance de sa propriété.

Dès lors, les autorités locales ont sollicité l’aide du public pour localiser le wapiti, et depuis plus de deux ans, les rapports se sont succédé, mais l’animal joue à cache-cache, disparaissant pendant de longues périodes, en particulier en hiver.

wapiti pneu
Le wapiti repéré l’an dernier par une caméra de surveillance près de Conifer, au Colorado. Crédits : Dan Jaynes

Opération réussie (non sans mal)

Le Wapiti toujours devant sa fenêtre, M. Hemstreet s’est donc empressé d’envoyer un SMS à Dawson Swanson, un responsable de la faune vivant à proximité. Les deux hommes avaient si souvent parlé de l’animal que M. Hemstreet n’eut pas besoin de préciser de quoi il parlait, écrit le Times. «Dans ma cour maintenant», a-t-il écrit. «Prise de vue facile». Ce à quoi M. Swanson a répondu sept minutes plus tard : «En route».

Sur place, en prenant soin de s’approcher au plus près de l’animal sans effrayer la harde, M. Swanson réussit finalement à toucher le wapiti âgé de 4 ans et demi. Il a ensuite fallu 45 minutes pour le retrouver (il faisait nuit) et plusieurs autres tentatives pour le tranquilliser (les wapitis métabolisent les tranquillisants plus rapidement pendant la saison du rut).

Avec un autre agent de la faune, ils ont ensuite cisaillé ses bois pour finalement retirer le pneu. Les responsables de la faune locale y sont habitués. «Nous endormons six à dix wapitis mâles et chevreuils chaque année, le plus souvent coincés dans des poubelles», explique Scott Murdoch dans une interview.

wapiti pneu
Crédits : Pat Hemstreet

Depuis ce jour, M. Hemstreet continue de scruter les collines à la recherche du wapiti. «Je garde les yeux ouverts», dit-il. «Nous voulons nous assurer qu’il s’en sortira bien».