in ,

Votre visage est asymétrique ? Ce serait le signe d’une capacité accrue à la coopération !

Crédits : Internet Archive Book Images / Flickr

Des chercheurs espagnols en biologie ont mené une étude établissant un lien entre les traits morphologiques issus du développement et la coopération entre les individus, cette dernière représentant un petit mystère de l’évolution humaine !

La coopération, c’est-à-dire participer à une œuvre commune ou encore échanger et s’entendre dans le cadre de projets et d’activités, est quelque chose qui n’est pas totalement expliqué par la Science d’un point de vue évolutif. En revanche, nous savons évidemment que la coopération est influencée par de nombreux facteurs tels que la psychologie des individus, le contexte sociologique ou encore les caractéristiques physiologiques.

Or, c’est sur ces caractéristiques physiologiques qu’un trio de chercheurs des universités de Madrid et Barcelone (Espagne) s’est penché. Les meneurs de l’étude publiée le 15 octobre 2018 dans la revue Evolution and Human Behavior ont voulu comprendre la façon dont des traits morphologiques liés au développement pouvaient influencer l’envie de coopérer des individus.

Il était également question d’en savoir plus sur leur manière d’appréhender une situation sociale de type « dilemme du prisonnier » (entrant dans le domaine de la théorie des jeux). Il s’agit d’une situation dans laquelle les participants auraient intérêt à coopérer, mais qui souvent, se termine par la coopération de certains joueurs et la trahison d’autres.

Les caractéristiques physiologies étudiées dans le cadre de l’étude – à laquelle ont participé 176 hommes – sont : l’asymétrie faciale, le dimorphisme facial ainsi que l’indice de Manning. Il faut également savoir qu’il n’y avait que des hommes blancs afin d’éviter d’éventuels préjugés racistes qui auraient faussé les résultats. De plus, l’étude comportait seulement des individus masculins, car les hormones sexuelles auraient pu modifier les comportements.

Selon les résultats, les participants désirent davantage coopérer avec des hommes au visage asymétrique. Toutefois ces derniers ont plus peur que les autres – ceux au visage symétrique – d’être trahis. Il s’agit de résultats faisant sens, dans la mesure où il existe une hypothèse évolutionnaire stipulant que les individus au visage symétrique sont les plus à même de trouver des ressources de façon autonome.

Sources : Science DirectSlate

Articles liés :

Peut-on être droitier ou gaucher de la vision ?

Un langage fondamental commun au nôtre existait-il déjà plusieurs millénaires avant l’écriture ?

Des chercheurs annoncent qu’il est mathématiquement impossible de vaincre le vieillissement