in

Votre crème solaire ne vous protège pas autant que vous le pensez : voici pourquoi

Crédits : Pixabay / dimitrisvetsikas1969

Nous sommes en plein été : les températures grimpent, et de nombreuses personnes appliquent consciencieusement leur crème solaire avant de sortir. Mais votre nouvelle crème pourrait ne pas vous protéger autant que vous le pensez, selon une nouvelle étude.

Les chercheurs pointent ici non pas les produits vendus sur le marché, mais plutôt la façon dont les gens appliquent leur écran solaire. Les consommateurs ont en effet tendance à ne pas l’appliquer en couche suffisamment épaisse pour en tirer tous les avantages. L’étude, publiée le 24 juillet dans la revue Acta Dermato-Venereology, constate qu’une couche relativement mince d’un écran solaire avec un indice de protection de 50 ne fournit, au mieux, que 40 % de la protection attendue.

« Il ne fait aucun doute que la crème solaire offre une protection importante contre les effets cancérigènes des rayons ultraviolets du soleil », explique le principal auteur de l’étude, Antony Young, professeur à l’Institut de dermatologie du St. John’s College de Londres. « Cependant, cette recherche montre que la façon dont la crème solaire est appliquée joue un rôle important pour déterminer son efficacité ».

On sait que l’application d’une protection solaire insuffisante peut entraîner des coups de soleil et des lésions cutanées. Mais la nouvelle étude est l’une des premières à évaluer la quantité de dommages à l’ADN de la peau lorsque les gens appliquent une protection solaire dite « typique », qui équivaut, selon l’étude, 0,75 milligramme par centimètre carré (mg/cm ^ 2).

L’étude a porté sur 16 personnes à la peau claire, qui ont été exposées au rayonnement ultraviolet (UV) pour simuler la lumière du soleil. Par ailleurs, seule une petite partie de la peau des participants a été exposée. Un écran solaire a été appliqué en différentes épaisseurs sur leur peau, allant de 0,75 mg/cm ^ 2 (utilisation « typique ») à 2 mg/cm (utilisation recommandée). Ces participants ont été exposés aux rayons UV pendant cinq jours consécutifs, pour imiter des conditions de vacances typiques. Les chercheurs ont également modifié la dose d’exposition aux rayons UV, allant de faible à forte intensité.

À la fin de l’expérience, les chercheurs ont effectué des prélèvements de peau exposée aux rayons UV. Les biopsies ont montré des dommages considérables de l’ADN sur des zones peu ou pas protégées par l’écran solaire, après une exposition répétée aux rayons UV. Une journée d’exposition aux rayons UV à faible dose sur une zone sans écran solaire a par ailleurs causé plus de dommages à l’ADN qu’une exposition aux rayons UV à forte dose de cinq jours, sur une zone où un écran solaire suffisamment épais avait été appliqué.

Il s’avère que les dommages à l’ADN sont quelque peu diminués lorsque de la crème solaire est appliquée à une épaisseur de 0,75 mg/cm ^ 2. En revanche, cet impact a été considérablement réduit quand le produit a été appliqué à une épaisseur de 2 mg/cm ^ 2.

Dans l’ensemble pour les chercheurs, les résultats « démontrent que les messages de santé publique doivent mettre l’accent sur une meilleure application de protection solaire pour obtenir un bénéfice maximal ».

Source

Articles liés : 

Sur cette exoplanète, il neige de la crème solaire

Enfin, Hawaï bannit les crèmes solaires qui détruisent les coraux !

Pourquoi faut-il se méfier des produits de protection solaire ?